/entertainment/feq
Navigation

[EN IMAGES] FEQ: Éric Lapointe livre le spectacle d'une vie

Coup d'oeil sur cet article

Les plaines d’Abraham appartenaient à Éric Lapointe mardi soir. Le rockeur chéri a livré, comme promis, le spectacle d’une vie. Avec une entrée remarquée à moto, de la pyrotechnie, 30 chansons au programme, des duos inattendus avec une vingtaine d’invités, mais surtout, des dizaines de milliers de fans qui lui réservaient beaucoup d’amour, le rendez-vous a été une succession de moments aussi touchants qu’électrisants.    

Photo Simon Clark

Québec est le château fort d’Éric Lapointe depuis 25 ans. Il est toujours aussi rassembleur; pas surprenant qu’il ait, sans le moindre doute, attiré la plus grosse foule des cartes blanches confiées à des artistes québécois dans les dernières années.     

Photo Simon Clark

«Les Plaines sont pleines!» s’est-il réjoui, en hurlant devant la mer de monde, déterminée à offrir au rockeur une véritable décharge d’amour pour souligner ses 50 ans et ses 25 ans de carrière.     

Photo Simon Clark

Avec des cadeaux comme la présence de Ginette Reno, le prix Miroir de la Renommée du FEQ, une vingtaine d’artistes présents à ses côtés et une foule digne des plus grandes stars qui sont passées sur les Plaines, Lapointe se souviendra «toute sa vie» de son 50e. Et en retour, il a tout donné, comme d’habitude.     

Photo Simon Clark

À moto sur les Plaines  

Photo Simon Clark

Éric Lapointe a fait une entrée fracassante sur les Plaines à moto. Une caméra diffusait son arrivée en direct sur les écrans géants, pendant que la foule le réclamait énergiquement.     

Photo Simon Clark

Une accolade à ses deux garçons, et le rockeur était prêt à fouler la grande scène. En ouverture, l’esprit d’Hallyday planait avec L’envie, délivrée de manière explosive avec Garou, qui avait partagé les Plaines avec Lapointe en 2006.     

Photo Simon Clark

Marc Dupré avait été choisi pour Marie Stone, mais c’est en solo que Lapointe a servi Terre promise. Michel Pagliaro, Steve Hill et Lapointe ont formé un trio d’enfer, rassemblés pour Y’a une émeute dans la prison, succès de Pag qui date de 1975. Au terme de la chanson, les complices de la première heure de Lapointe, Steve Hill et Stéphane Dufour, se sont livrés à un duel de guitare complètement endiablé.     

Photo Simon Clark

Le prix Miroir de la Renommée  

Photo Simon Clark

Les sœurs Boulay avaient été invitées à livrer Reste là, après quoi une surprise attendait Éric Lapointe. Le directeur de la programmation du Festival d’été, Louis Bellavance, est débarqué sur scène pour lui remettre le prix Miroir de la Renommée du FEQ, qu’ont déjà reçu Gilles Vigneault, Patrick Bruel et Jane Birkin, entre autres.     

Et le marathon rock a repris de plus belle avec une série de duos inattendus. Qui aurait cru qu’un duo entre Mario Pelchat et Lapointe, qui ont chanté Ma Gueule, serait aussi poignant?     

Au chapitre des moments forts, on retiendra aussi la présence de Jean-Pierre Ferland pour Qu’est-ce que ça peut ben faire, tandis que Lapointe et Lara Fabian ont livré Je suis malade avec intensité. Mon ange a pris une dimension fort poétique avec la participation d’une acrobate du Cirque Eloize.     

La soirée commençait à s’éterniser lorsque Marie-Mai est débarqué pour Ce soir on danse à Naziland et Shallow, une reprise pas tellement nécessaire dans cette soirée déjà bien garnie.      

Avec Ginette Reno  

Puis, Lapointe s’est offert tout un cadeau d’anniversaire en invitant la grande Ginette Reno à chanter L’essentiel, qu’il a dédiée à sa mère.     

Quelle image forte lorsque tous les artistes sont venus entourer Lapointe, après une N’importe quoi dédiée à Roger Tabra, pour conclure la soirée avec La voix que j’ai. S’il s’était donné comme mission de faire le show de sa vie, Lapointe aurait difficilement pu espérer mieux.