/finance
Navigation

Immobilier dans le Grand Montréal: les acheteurs étrangers commencent à faire sentir leur présence

Bloc Immobilier Maison
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Les maisons vont continuer de coûter de plus en plus cher dans la région de Montréal, Royal LePage tablant sur une hausse de 4,5 % d’ici au quatrième trimestre de 2019, alors que les acheteurs internationaux commencent vraiment à faire sentir leur présence.

C’est ce qu’indique l’Étude sur le prix des maisons de Royal LePage dévoilée mercredi.

La part des acheteurs étrangers dans cette région est ainsi passée d’un «ratio marginal» de moins de 2 % dans les dernières années à 3,4 % en avril 2018, selon la bannière immobilière, qui précise que ces acquéreurs venus d’ailleurs ne s’intéressent plus uniquement au centre de l’île de Montréal et élargissent leur zone d’intérêt aux villes liées et aux banlieues.

«La demande immobilière sur le marché du Grand Montréal est accentuée par des facteurs économiques structurels, comme les bas taux d’intérêt qui perdurent et le développement d’infrastructures de transport en commun, ainsi que conjoncturels, comme le plein emploi et l’augmentation du nombre d’acheteurs étrangers», a dit Dominic St-Pierre, vice-président et directeur général de Royal LePage pour la région du Québec.

Le Grand Montréal surclasse depuis plusieurs trimestres les taux d’augmentation des prix des métropoles de l’Ontario et de la Colombie-Britannique, «mais il faut replacer les données en perspective, puisque les maisons demeurent de loin plus abordables ici, a indiqué M. St-Pierre, qui note tout de même que la région montréalaise a enregistré pour un quatrième trimestre consécutif un taux d’appréciation des propriétés plus grand que celui du Grand Toronto et celui du Grand Vancouver.

«Si l’on appliquait le même taux d’appréciation à Montréal pour les années à venir et que l’on considérait un instant que les prix à Toronto et à Vancouver restaient les mêmes, il prendrait 13 ans à Montréal pour rattraper Toronto, et 19 ans pour Vancouver», a-t-il aussi dit.

Pas de ralentissement à l’horizon

Royal LePage revoit même à la hausse ses prévisions pour 2019, avec un prix de l’agrégat qui n’augmentera pas de 3 %, comme prévu, mais bien de 4,5 %. Le prix de l’agrégat fait la moyenne pondérée de la valeur médiane de trois types de propriétés, soit les maisons à deux étages, les maisons de plain-pied et les condos.