/sports/others
Navigation

Les Raptors de Toronto tiendront leur camp d'entraînement à Québec en septembre

Les champions de la NBA tiendront une partie de leur prochain camp d’entraînement au PEPS de l’Université Laval

BKN-BKO-SPO-2019-NBA-FINALS---GAME-SIX
Photos d’archives, Jean-François Desgagnés Les amateurs de basketball de Québec auront l’occasion de voir Kyle Lowry et sa bande, le 3 octobre au PEPS de l’Université Laval.

Coup d'oeil sur cet article

Il y a aura de la très grosse visite à Québec à la fin de septembre. Les champions en titre de la NBA, les Raptors de Toronto, tiendront leur camp d’entraînement en partie au PEPS de l’Université Laval, du 29 septembre au 3 octobre, avant de se diriger vers le Japon.

Les entraînements du 29 septembre au 2 octobre seront tenus à huis clos, mais la journée du 3 sera réservée au public, qui pourra assister au match intra-équipe prévu à ce moment.

Les détails sur la façon de se procurer des billets pour cette joute seront divulgués au cours des prochaines semaines.

Après leur visite à Québec, les Raptors se rendront au Japon, où ils doivent participer à deux matchs préparatoires face aux Rockets de Houston, les 8 et 10 octobre, au Saitama Super Arena de Tokyo.

« Nous sommes la seule équipe de la NBA au Canada et il est important pour nous de visiter des villes où nous ne sommes jamais allés auparavant, a déclaré l’entraîneur-chef des Raptors, Nick Nurse, par voie de communiqué. Nous avons hâte de découvrir l’ambiance unique de la ville de Québec et de profiter des installations de l’Université Laval, qui est reconnue comme une puissance sportive au pays. »

BKN-BKO-SPO-2019-NBA-FINALS---GAME-SIX
Photo Jean-François Desgagnés

Plus près de Toronto

Si Québec recevra les Raptors de Toronto, ils doivent assurément une fière chandelle à Roy Rana.

Ce dernier est une sommité du basketball au Canada. Avant de se joindre au personnel d’entraîneurs des Kings de Sacramento en juin dernier, il occupait le poste d’entraîneur-chef des Rams de l’Université Ryerson ainsi que des équipes nationales canadiennes des moins de 18 et moins de 19 ans.

Au fil des ans, il avait développé une belle relation avec l’ancien entraîneur de la formation masculine de basketball du Rouge et Or, Jacques Paiement fils.

« Ça faisait longtemps qu’il vantait nos installations et qu’il disait qu’on avait ce qu’il fallait pour recevoir des événements d’envergure comme les championnats canadiens, par exemple », a raconté Jacques Paiement fils au Journal de Québec, mercredi.

L’entraîneur canadien avait eu vent que les dirigeants des Raptors désiraient demeurer plus près de la maison cette année, après avoir tenu leurs cinq derniers camps d’entraînement dans l’Ouest canadien.

« Puisqu’ils quittent vers le Japon directement après leur camp, ils voulaient rester plus proches de Toronto. Quand Roy a su ça, il m’a appelé pour savoir si je pensais qu’il y aurait de l’intérêt de la part de l’Université Laval pour tenir ce camp. C’était évident que oui ! Il nous a alors mis en contact avec les Raptors, qui sont venus visiter les installations en mars. À partir de là, Julie [Dionne, la directrice du service des activités sportives de l’Université Laval] a tout organisé. »

Grande nouvelle pour la région

Pour Dionne, elle-même une ancienne joueuse de basketball du Rouge et Or de l’Université Laval, il s’agit d’une grande nouvelle non seulement pour l’université, mais aussi pour la région de Québec au grand complet.

« Ils ont certains besoins en termes d’installations et on répondait bien à ce qu’ils voulaient. Ils ont été impressionnés par ce qu’on offrait. De recevoir les Raptors est une très grosse nouvelle pour la région de Québec. En plus, ils sont champions. Quand j’ai vu leur dernier match des séries, je ne pouvais pas croire qu’ils s’en venaient à Québec. »

À l’heure actuelle, trois joueurs francophones font partie de l’organisation des Raptors, soit le Québécois Chris Boucher, le Camerounais Pascal Siakam et le Congolais Serge Ibaka.

Ce n’est pas la première fois que les Raptors tiennent leur camp d’entraînement ailleurs qu’à Toronto. En fait, ce sera la 12e après des passages à Vancouver à cinq reprises, deux fois Halifax et Buffalo, ainsi que Victoria et Treviso, en Italie.