/sports/others
Navigation

«Une belle et agréable surprise» -Charles Dubé-Brais

Membre de l’organisation des Raptors, Charles Dubé-Brais est rempli de fierté

Dube-brais
Photo d’archives, Roby St-Gelais Le Québécois Charles Dubé-Brais ignore s’il pourra être présent pour le camp d’entraînement des Raptors à Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Charles Dubé-Brais jubilait après avoir pris connaissance de la nouvelle. La venue des Raptors dans sa ville natale revêtira un cachet particulier pour lui et il espère que ses patrons lui tendront la main pour accompagner l’équipe pendant ce séjour de cinq jours.

Joint par Le Journal de Québec à Las Vegas, où se déroule la ligue d’été du prestigieux circuit, l’entraîneur adjoint des Raptors 905 de la ligue de développement de la NBA (G-League) n’a pas manqué de rappeler qu’il demeure à ce jour le seul représentant de Québec à œuvrer dans une organisation de la NBA, tous postes confondus. Ce premier camp d’entraînement en sol québécois de la formation torontoise a donc une signification encore plus forte pour lui.

« Pour moi, c’est quelque chose d’assez spécial. J’ai grandi à Québec et il n’y a pas de joueur de la région de Québec dans la NBA. Je reste l’unique représentant de cette ville à travers la NBA. C’est une belle et agréable surprise. Le timing ne peut pas être meilleur », a exposé le natif du quartier Sillery.

En attente

Le principal intéressé ne connaît toutefois pas les plans des Raptors en marge de leur camp. Selon Dubé-Brais, historiquement, les entraîneurs du club-école ne se joignent pas à ceux de l’équipe principale lors de l’exercice. Les Raptors seront-ils tentés de faire une exception pour le « produit » local ?

« Il est trop tôt pour le dire. En général, les entraîneurs de la G-League ne vont pas au camp directement. La nouvelle est toute fraîche. Cela dit, j’aimerais en faire partie », a mentionné Dubé-Brais, confirmant par le fait même officiellement son retour pour la deuxième année avec les Raptors 905.

La séance ouverte au public devrait attirer son lot de jeunes basketteurs et d’amateurs à l’amphithéâtre du PEPS. Pour Dubé-Brais, le match intra-équipe inspirera sans doute la jeunesse, qui n’aura peut-être plus jamais l’occasion de revoir des vedettes de la NBA aussi près de la maison.

« Disons que ça rend un rêve un peu plus concret. Tu idolâtres certains joueurs et tu t’identifies à certains joueurs. Que ce ne soit plus des images à la télévision alors que les joueurs sont devant toi, je pense que ça concrétise les rêves des jeunes et que ça continue de l’alimenter. J’espère que ça pourra planter une petite graine pour les motiver », a mentionné Dubé-Brais.

Engouement national

L’ancien entraîneur des Kebs de Québec est convaincu que le PEPS sera rempli lorsque les Raptors ouvriront les portes aux amateurs, le 3 octobre.

« À chaud, je ne pense pas que ça va être difficile de remplir le PEPS. J’imagine qu’avec les écoles, il y aura manière à créer quelque chose. Je ne suis pas inquiet vu le succès des Raptors et l’impact qu’ils ont eu dans le Canada tout entier. Les Raptors sont conscients de l’intérêt qu’il existe d’être l’équipe d’un pays et non d’une seule ville. Ils veulent redonner aux fans. »