/sports/football/alouettes
Navigation

Alouettes: le défi Noel Thorpe

Alouettes: le défi Noel Thorpe
Johany Jutras / JdeM

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Contre Ottawa, les vétérans des Alouettes de Montréal retrouveront un visage connu en Noel Thorpe, qui agit à titre de coordonnateur défensif du Rouge et Noir depuis un peu plus d’un an. 

Thorpe a occupé les mêmes fonctions avec les Moineaux pendant près de cinq saisons, avant d’être congédié au même moment que l’entraîneur-chef Jacques Chapdelaine, au mois de septembre 2017. 

«C’est un coordinateur défensif qui aime appliquer de la pression et qui se fie énormément à son système pour diriger la pression, a expliqué Luc Brodeur-Jourdain, jeudi. La pression provient du schéma dans cette équipe, et non pas nécessairement des qualités athlétiques des individus.» 

Alouettes: le défi Noel Thorpe
Joël Lemay / Agence QMI

«Le défi de l’attaque sera de savoir reconnaître les moments de pression ou ceux où on pourra se permettre d’avoir des combinaisons sur la ligne pour bloquer et donner du temps au quart.» 

Ce défi sera bien réel pour la ligne offensive, qui compte cette année sur plusieurs jeunes athlètes qui doivent encore apprendre à jouer ensemble. «LBJ» estime toutefois que la récente performance de l’équipe sera déterminante pour la suite des choses. 

«C’est un "boost" de confiance pour l’équipe en général. Si on se donne les moyens, si on reste patients en confiance, on a un porteur de ballon qui est capable de faire bouger le ballon. Il faut juste l’amener à la ligne de mêlée. On l’a fait contre un front défensif coriace contre les Tiger-Cats [de Hamilton], donc on a vu qu’on était capable de le faire.» 

Grand potentiel 

Ce n'est pas une mission impossible toutefois. Ayant partagé le terrain avec les joueurs de ligne jusqu’à jeudi dernier, Brodeur-Jourdain est très bien placé pour évaluer la qualité des joueurs qui compose la ligne offensive, et il croit fortement au potentiel du groupe. 

«Je pense que c’est une ligne qu’on peut voir pendant plusieurs années. On a de bons jeunes joueurs qui sont encore dans l’ombre. Mais il y a encore énormément de travail à faire des points de vue de la technique et de la cohésion pendant toute la saison», a-t-il mis en garde. 

La ligne offensive des Alouettes 

En vertu d’une récolte de plus de 200 verges au sol du porteur de ballon William Stanback, jeudi dernier, l’équipe s’attend à avoir une réaction forte de la part de leurs prochains adversaires pour éviter une performance du genre. 

Alouettes: le défi Noel Thorpe
TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

«C’est une bonne chose quand tu montres un bon jeu au sol parce que ça force les équipes à tenter de l’arrêter. Pour y arriver, il faut qu’ils amènent plus de gars à la ligne de mêlée. Ensuite, il faut lancer le ballon. C’est le principe de l’attaque équilibrée», a expliqué l’entraîneur-chef Khari Jones cette semaine. 

«Si j’étais [le Rouge et Noir], je suis sûr que j’essaierais d’arrêter Stanback. Ce sera à d’autres joueurs de prendre la relève.» 

Plus de jeux au sol 

Comme l’a bien expliqué l’entraîneur adjoint de la ligne offensive Luc Brodeur-Jourdain, le bon départ de l’équipe la semaine dernière contre les Tiger-Cats de Hamilton a donné les moyens aux entraîneurs d’utiliser Stanback à volonté. 

En effet, les deux premières possessions offensives des Alouettes se sont soldées par une récolte de 10 points. «LBJ» espère maintenant voir un départ semblable lors du prochain match pour établir le jeu au sol une nouvelle fois. 

«Ultimement, quand tu arrives dans une rencontre, que tu es capable de contrôler le temps de jeu et le front puis de courir, ça inspire l’équipe. Même notre coordonnateur défensif était venu nous voir après une poussée d’à peu près huit minutes. Ça, c’est splendide pour une défensive!» 

«Par contre, si on tire de l’arrière rapidement dans la rencontre, c’est là que l’attaque devient unidimensionnelle. Le fossé se creuse par lui-même.» 

Malgré tout, peu importe le plan de match du Rouge et Noir, Jones refuse de faire un trait sur le jeu au sol et compte bien redonner le ballon à Stanback. 

«Le plan est de continuer [avec le jeu au sol]! a lancé Jones. Nous voulons une attaque bien balancée. Je crois que nous devons être solides dans les deux facettes de l’attaque. Stanback sera toujours Stanback, alors nous allons lui donner le ballon et il va courir, mais il faut aussi passer le ballon aux bons moments pour gagner des matchs.» 

Même s’il peut prêcher pour sa propre paroisse, Stanback est très lucide et insiste sur l’importance du jeu aérien. Il est bien au fait qu’il risque d’être l’objet d’une couverture prioritaire du Rouge et Noir. 

«Il faut continuer d’établir le jeu au sol, mais passer le ballon est la priorité, a laissé entendre le demi offensif. Je sais qu’ils s’attendront à ce qu’on coure avec le ballon et il faut nous préparer pour ça. Quand nous allons y aller pour la passe, il faudra s’assurer de compléter les jeux.» 

En bref 

Tommie Campbell n’était pas à l’entraînement jeudi en raison d’une situation personnelle. Ayant également raté la séance de mardi en raison d’une blessure mineure, il devrait être à son poste samedi. 

Taylor Loffler (genou) devrait être de retour après avoir raté les deux dernières rencontres. Il s’est entraîné toute la semaine sans être embêté par sa blessure. 

Le quart-arrière Antonio Pipkin a effectué quelques répétitions cette semaine, mais l’entraîneur Khari Jones n’a pas voulu se prononcer sur sa présence en uniforme samedi. «Nous verrons. Je crois que le plan le plus probable est que nous y allions avec Vernon Adams fils», a-t-il dit. 

Alouettes: le défi Noel Thorpe
PHOTO COURTOISIE, Dominick Gravel / Alouettes de Montreal

En raison de la pluie et des risques d’orage, les Alouettes se sont entraînés au Stade olympique, directement sur le béton. «Les joueurs ont bien fait sans gazon. Ils ont bien géré la situation et sont restés concentrés sur leur préparation», a fait valoir Jones.