/entertainment/feq
Navigation

FEQ: attente interminable pour les fans de Mariah Carey

La chanteuse est montée sur scène avec une vingtaine de minutes de retard

FEQ Mariah Carey
Photo Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

La météo menaçante a fait fuir plusieurs spectateurs et a donné quelques sueurs froides à bien des admirateurs de Mariah Carey qui s’étaient déplacés de partout au Québec spécialement pour entendre leur idole sur les plaines d’Abraham, jeudi.

Betty Kan, de Montréal, espérait remettre en main propre à Mariah Carey un album de photos. « Je voyage partout dans le monde pour la voir. J’ai arrêté de compter, mais je l’ai vue plus de 12 fois », dit-elle. Elle était accompagnée d’un ami de Toronto, lui aussi un fan de la vedette, Varune Persad.
Photo Simon Clark
Betty Kan, de Montréal, espérait remettre en main propre à Mariah Carey un album de photos. « Je voyage partout dans le monde pour la voir. J’ai arrêté de compter, mais je l’ai vue plus de 12 fois », dit-elle. Elle était accompagnée d’un ami de Toronto, lui aussi un fan de la vedette, Varune Persad.

La diva américaine s’est fait attendre, elle qui est finalement montée sur scène avec une vingtaine de minutes de retard, devant une foule assez clairsemée. Qu’il soit attribuable à la météo ou à la logistique, le délai a testé la patience des festivaliers. 

Malgré la météo menaçante, ces fans de la chanteuse n’allaient pas rater le spectacle.
Photo Simon Clark
Malgré la météo menaçante, ces fans de la chanteuse n’allaient pas rater le spectacle.

Un risque d’orages violents planait sur Québec au même moment. Plusieurs dizaines de personnes n’ont pas eu le courage de rester jusqu’au début de la prestation de la tête d’affiche du jour huit du Festival d’été. Et quand la pluie a commencé, après 22 h, des centaines d’autres ont quitté.

«On a vu les radars et ça s’en vient sur nous d’une minute à l’autre. Mariah Carey, ce sera pour une autre fois, je pense!» a lancé Geneviève Lamoureux, dans le public.

Pas d’attente aux portes

En milieu de soirée, il n’y avait aucune attente aux postes d’entrée. «C’est la soirée la plus tranquille, a remarqué un membre du personnel. Ce n’est pas l’artiste, c’est le temps.»

La chanteuse montréalaise Nikki Yanofsky (sur la photo), puis le chanteur ontarien Daniel Caesar ont assuré les premières parties.
Photo Simon Clark
La chanteuse montréalaise Nikki Yanofsky (sur la photo), puis le chanteur ontarien Daniel Caesar ont assuré les premières parties.

 

Daniel Caesar
Photo Simon Clark
Daniel Caesar

Quelques heures plus tôt, Mariah Carey pouvait néanmoins compter sur une centaine d’admirateurs de la première heure, patientant devant l’entrée des Plaines et prêts à affronter même les pires intempéries.

«Mariah Carey a une chanson qui s’appelle Through the Rain. Alors, I can make it through the rain», a lancé Jean-Pascal Langlois, 20 ans, qui n’a pas hésité à faire 12 heures d’autobus, depuis Percé, spécialement pour voir la chanteuse.

«Impressionnante»

«Elle a tout de spécial. Dans un monde où les artistes ne font que chanter et être belles, elle produit ses chansons, elle les écrit, elle les chante. Elle est intégrale. Elle est obsédée un peu par le paraître, mais elle a le talent pour avoir cette prétention», vante le jeune homme.

«Elle est dans l’industrie depuis des années. Elle est impressionnante», a aussi partagé Catherine Dompierre, 20 ans, arrivée à 11 h 15 pour s’assurer des meilleures places avec son ami.