/entertainment/feq
Navigation

Mariah Carey au FEQ: diva impeccable mais sans passion

Mariah Carey au FEQ: diva impeccable mais sans passion
Photo d'archives AFP

Coup d'oeil sur cet article

Temps froid, ciel menaçant ou simplement un manque d’intérêt des festivaliers? Les plaines d’Abraham ont possiblement accueilli la plus petite foule depuis le début du festival, jeudi soir, pour la visite inédite de Mariah Carey, qui a livré un tour de chant impeccable, mais peu inspiré qui a été écourté à cause de la pluie.  

Mariah Carey au FEQ: diva impeccable mais sans passion
Photo Simon Clark

Elle a aussi fait honneur à son statut de diva. Arrivée peu avant son concert sur le site, Mariah Carey est montée sur scène avec une bonne vingtaine de minutes de retard.   

Mariah Carey au FEQ: diva impeccable mais sans passion
Photo Simon Clark

Comme Dave Grohl, elle a promis de faire fi de la pluie qui s’est mise à tomber dès les premiers instants tout en s’inquiétant des souliers qu’elle étrennait pour l’occasion. «Je ne veux pas tomber sur scène. Allez-vous m’attraper si je glisse?», a demandé la chanteuse qui comptait sur le bruyant soutien d’admirateurs agglutinés devant la scène.   

  • ÉCOUTEZ la chronique d'Anaïs Guertin-Lacroix à QUB radio:

Heureusement que ces derniers étaient là. Sans leurs cris stridents, les Plaines auraient été bien tristes. Quant à la peur de chuter de la chanteuse, elle a été au centre de ses préoccupations puisqu’elle en a parlé durant toute sa performance.    

La voix y était  

Appuyée par quatre musiciens et trois choristes, la vedette pop des années 1990, vêtue d’une robe courbe moulante, et brillante, a cependant vite chassé les doutes : ses cordes vocales étaient à point. Pour lancer Dreamlover, elle a poussé une note aiguë du même acabit que celle entendue dans la vidéo virale du «Bottle cap challenge» plus tôt cette semaine.   

Elle nous a refait le coup de la note stratosphérique durant le premier de ses grands hits au programme, Emotions, en se bouchant l’oreille gauche avec un doigt.   

Vocalement, Mariah Carey a assuré. Elle a aussi pris plaisir à s’adresser au public.   

Sans entrain  

Par contre, l’ensemble manquait singulièrement d’entrain et de passion. Sans compter que le répertoire de Miss Carey, qui oscille dans les eaux R&B, n’a pas de quoi faire lever un party, à l’exception notable du pot-pourri des chansons du film Glitter, réhabilitées à la suite d’une campagne sur les réseaux sociaux, et de Heartbreaker.   

 Quant à son succès de Noël All I Want For Christmas is You, réclamée par les signataires d’une pétition, on le n’a pas entendu. Tout comme Vision of Loveet Don’t Forget About Us, qui figuraient sur la liste des chansons remise aux médias, mais qui ont pris le bord en cours de route. La pluie, sûrement...   

Le concert a néanmoins pris fin sur une bonne note au son de la puissante Hero. Il reste que malgré ce soubresaut d’émotion, cette première visite à Québec de la diva ne marquera pas les esprits.   

Caesar: relaxant  

Une chance que le Torontois Daniel Caesar pouvait compter sur le bruyant appui d’une poignée de fans devant la scène, durant sa prestation de mi-soirée.   

Mariah Carey au FEQ: diva impeccable mais sans passion
Photo Simon Clark

Parce que le reste du parterre n’a pas accordé une grande attention à son R&B lénifiant.   

Les plaines d’Abraham n’étaient tout simplement pas le bon forum pour apprécier les compositions à fleur de peau et très relaxantes de celui qu’on considère comme un des prochains artistes de la Ville-Reine à rayonner sur la scène internationale.   

Mariah Carey au FEQ: diva impeccable mais sans passion
Simon Clark

Caesar a amorcé sa prestation avec sept titres de son album Case Study 01, sorti il y a deux semaines, et c’est rendu au dernier d’entre eux, Frontal Lobe Muzik (avec la participation de Pharrell Williams sur l’album), qu’on a senti un peu de dynamisme.   

Mais c’est vite retombé et hormis peut-être le service de Best Part, principal single de son premier album, Freudian, on ne gardera pas un souvenir mémorable de son passage sur les Plaines.   

Dans une petite salle, peut-être?   

Yanofsky : jazz fleur bleue  

Un peu de jazz-pop fleur bleue pour lancer la soirée? Nikki Yanofsky, voix montréalaise de haut vol à qui on avait confié la chanson-thème des Jeux olympiques de Vancouver, en 2010, a rempli son mandat à la perfection.   

Mariah Carey au FEQ: diva impeccable mais sans passion
Photo Simon Clark

Dans le décor musical depuis une éternité même si elle n’a que 25 ans, Yanofsky et sa robe fleurie (même si son pied de micro est ceinturé de fleurs) a flotté avec aisance sur scène en chantant avec aplomb ses propres titres, quelques nouveautés et des reprises.   

Mariah Carey au FEQ: diva impeccable mais sans passion
Photo Simon Clark

Elle a du métier et ça paraît. Assez en tout cas pour se frotter à Amy Winehouse. Sa relecture de You Know I’m no Good n’a pas accoté l’originale, mais elle s’en est tout de même bien tirée.   

Mariah Carey au FEQ: diva impeccable mais sans passion
Photo Simon Clark

Plus loin, on a aimé le dynamisme de sa version de Superstition, de Stevie Wonder, qui mettait bien en valeur le travail de ses quatre musiciens.