/investigations/transports
Navigation

Île d’Orléans: des citoyens veulent que le pont soit livré plus rapidement

Coup d'oeil sur cet article

Il n’y a aucune raison valable d’attendre huit longues années avant qu’un nouveau pont ne soit inauguré à l’île d’Orléans, considèrent plusieurs résidents de l’endroit.

Une quinzaine d’insulaires étaient présents hier soir à la rencontre de la MRC de l’Île-d’Orléans. Tous ont demandé à leurs élus municipaux de mettre davantage de pression sur le gouvernement du Québec pour que le futur pont soit inauguré en 2024 – ou même dès 2022 – et non pas en 2027, comme le prévoit l’échéancier actuel.

«Ils ont fait le pont Champlain, à Montréal, en quatre ans. C’est un petit pont à côté. Pourquoi ça prendrait huit ans ? s’est demandé Gilbert Lacasse. Les plans sont faits depuis 2015. Ils peuvent commencer les travaux.»

Ce dernier a fait savoir « qu’hier [mardi], en fin de matinée, j’étais encore pris sur le pont près d’une heure à cause des travaux. Si quelqu’un de l’île avait eu besoin d’une ambulance rapidement pour se rendre à l’hôpital, il aurait crevé ».

Ancien député fédéral de 1974 à 1984, Louis Duclos a appelé les élus de l’île à « donner un coup de poing sur la table ».

«Le gouvernement Couillard est allé en soumission, mais n’a pas eu de soumissionnaires [en 2017]. Ça veut dire que les plans et devis sont prêts. Qu’est-ce qui empêche de commencer les travaux au printemps prochain?» s’est-il demandé.

«Date réalisable»

Appelé à réagir, le préfet de la MRC, Harold Noël, a assuré partager l’essentiel des préoccupations des citoyens.

«Le projet initial du Parti libéral nous proposait de réaliser le pont pour 2024. On pense toujours que c’est une date réalisable. En ayant séparé le projet du troisième lien et du pont, on peut facilement revenir aux plans des libéraux», a-t-il indiqué.

Les élus de la MRC ont voté hier une résolution dans laquelle ils demandent au ministère des Transports de rencontrer les citoyens de l’île pour répondre à leurs questions.

M. Noël espère également obtenir «un accès privilégié» au bureau des grands projets du ministère des Transports pour que l’information circule mieux.

«Un foutoir»

Plusieurs citoyens n’ont pas manqué de noter la multiplication des travaux sur l’île, y compris sur le pont. «C’est un foutoir», s’est exclamé un insulaire.

Tous ont dit espérer que les travaux pourront se faire – le plus possible – de nuit et non pas de jour. Plusieurs étaient scandalisés en constatant que les élus municipaux ne savent même pas à quel moment les travaux sur le pont seront achevés.