/news/transports
Navigation

Lehouillier s’inspire du pont de Normandie pour justifier la construction du 3e lien

Le pont de Normandie démontre la nécessité de sa construction selon lui

Luftbild: Fluss Seine, Normandie
Photo stock.adode.com (familie-eisenlohr.de)

Coup d'oeil sur cet article

Soucieux de « rétablir les faits » et d’alimenter le débat public sur la pertinence du troisième lien pour « rééquilibrer » le trafic dans la région de Québec, le maire de Lévis a vanté, jeudi, l’expérience de la France avec le pont de Normandie.

Gilles Lehouillier avait convoqué la presse pour lui faire part de ses observations lors de sa récente mission dans l’Hexagone.

Luftbild: Fluss Seine, Normandie
Photo Jean-François Desgagnés

Il a évoqué les nombreuses « similitudes » entre le projet de 3e lien et le pont à haubans de Normandie qui enjambe l’estuaire de la Seine, au Havre, et qui a été construit en 1995 afin de décongestionner le pont existant de Tancarville.

Les chiffres qu’il a obtenus des autorités françaises, 24 ans plus tard, « démontrent » hors de tout doute, selon lui, que le 3e lien sera utile pour décongestionner les deux ponts actuels, qu’il sera grandement utilisé et qu’il ne provoquera pas d’étalement urbain, un « mythe qu’il faut détruire ».

Précisons que l’agglomération Le Havre-Seine Métropole compte 270 000 habitants alors que la communauté métropolitaine de Québec compte plus de 800 000 habitants.

Conscient des limites de cet exercice comparatif, M. Lehouillier estime néanmoins que l’exemple de la Normandie peut être « transposé à la réalité de Québec ».

Luftbild: Fluss Seine, Normandie
Photo Jean-François Desgagnés

Réduction de la congestion

Le maire a fait valoir que le nombre de véhicules sur le nouveau lien français a triplé entre 1995 et 2018, passant de 2,3 millions/an à 7,7 millions/an.

Le nombre de véhicules sur le vieux pont a quant à lui « chuté », passant de 6,5 millions/an à 4,8 millions « dès les cinq premières années ».

Des chiffres de la Chambre de commerce du Havre, qui exploite les deux ponts à péage de la région, démontrent toutefois que le nombre de véhicules empruntant le vieux pont est revenu au même niveau qu’avant (6,5 millions/an), en 2011.

« Le problème, c’est que s’ils n’avaient rien fait, la situation serait catastrophique et pour le Port du Havre, ça aurait été impossible de poursuivre son développement », a déclaré le maire, rappelant que le Port de Québec a lui aussi des projets d’expansion sur la Rive-Sud.

Luftbild: Fluss Seine, Normandie
Photo Jean-François Desgagnés

Les camionneurs oubliés

M. Lehouillier a également dénoncé les failles de l’enquête Origine-Destination, dont les résultats alimentent les détracteurs du 3e lien.

L’étude ne tient pas compte des milliers de camions lourds qui transitent par la région ni des touristes ou gens d’affaires de passage, a-t-il déploré. « Ce n’est pas vrai que ça va servir à 12 000 personnes. Il n’y a rien de plus faux. »

Le futur tunnel devrait être considéré comme une infrastructure nationale, a-t-il plaidé. « En Normandie, les gens qui arrivent de Caen ne sont plus obligés de faire un détour de 30 minutes pour avoir accès à la Belgique ou l’Allemagne. (Nous), on est au cœur d’un système autoroutier qui traverse tout le Québec. »

Expropriations limitées, prédit le maire

Le maire de Lévis dit comprendre les préoccupations des citoyens inquiets pour leur terrain ou leur maison, à Lévis, en raison de la construction du futur troisième lien, mais il anticipe, comme le gouvernement Legault, un nombre très limité d’expropriations.

Luftbild: Fluss Seine, Normandie
Photo Jean-François Desgagnés

Appelé à réagir à nouveau, jeudi, aux inquiétudes de quelques citoyens qui résident dans le secteur du parc de la Pointe-De la Martinière, Gilles Lehouillier a affirmé qu’il était « peu probable », selon lui, que cette « zone de conservation reconnue » soit touchée par le projet de tunnel sous-fluvial entre les deux rives, disant même croire que la sortie du tunnel puisse être au sud de l’autoroute 20.

« Quand tu traverses le fleuve, il ne faut pas oublier que la profondeur du fleuve est du côté de la Rive-Sud. Quelle est la longueur dont on a besoin pour faire une pente et traverser le chenal très profond du côté de Lévis ? À mon avis, il va peut-être aboutir quelque part de l’autre côté de l’autoroute 20, ça me semble être la logique », a-t-il commenté jeudi.

Luftbild: Fluss Seine, Normandie
Photo Jean-François Desgagnés

Détails du tracé à venir

« Le choix d’un tunnel fait en sorte que ça limite considérablement les possibilités d’expropriation. Du côté de Lévis, ça va être mineur », a-t-il renchéri, reconnaissant qu’il n’avait, pour l’instant, aucune information précise sur le tracé du tunnel si ce n’est qu’il doit se raccorder à l’autoroute 20, à proximité de la route Lallemand.

« À partir du moment où le scénario va être déposé, on va voir les impacts et c’est sûr que nous, on est là aussi pour aider l’ensemble de nos citoyens. On va accompagner les gens et on va faire des représentations aussi pour eux. On va être vigilant par rapport à ça », a-t-il promis.

« Ce que le gouvernement nous a indiqué, c’est qu’on serait rencontré au fur et à mesure dans le processus, surtout par rapport aux nuisances que ça pourrait apporter sur notre territoire », a renchéri le maire.

Luftbild: Fluss Seine, Normandie
Photo Jean-François Desgagnés

Le MTQ se veut rassurant

Transports Québec a également réagi aux inquiétudes citoyennes, jeudi, disant souhaiter « limiter les acquisitions d’immeuble (résidentiel/commercial/agricole) » dans le cadre du projet de troisième lien.

« Les propriétaires concernés seront rencontrés lorsque le tracé final sera connu », a gazouillé le porte-parole du ministère, Guillaume Paradis, sur Twitter.

LE PONT DE NORMANDIE

  • Inauguré en janvier 1995
  • Il relie Le Havre (170 000 habitants) à Honfleur (8000 habitants)
  • Plus long pont à haubans du monde (2,1 km) jusqu’en 1999, avant d’être détrôné par un pont au Japon
  • Quatre voies pour les véhicules (deux dans chaque direction)
  • Coût total : 419 millions d’euros (environ 616 M$ CAN)
  • Financé par la Chambre de commerce et d’industrie du Havre
  • Le péage pour un passage unique varie entre 8 $ CAN et 20 $ CAN (gratuit pour les motos, les vélos et les piétons)