/news/currentevents
Navigation

Un chantier paralysé après la mort d’un travailleur

Pour une raison inconnue, le bouchon de ce réservoir à air comprimé a cédé sous la pression, entraînant la mort du travailleur.
Photo Agence QMI, Guy Martel Pour une raison inconnue, le bouchon de ce réservoir à air comprimé a cédé sous la pression, entraînant la mort du travailleur.

Coup d'oeil sur cet article

Les travaux de jets abrasifs qui ont coûté la vie à un travailleur de 59 ans mercredi matin, à Lévis, sont dorénavant proscrits sur le chantier de construction du boulevard Guillaume-Couture, qui demeure complètement fermé jusqu’à nouvel ordre.

La victime est René Gauthier, originaire de Repentigny. Il travaillait pour l’entreprise Versailles 48, de la région de Montréal. 

Selon nos informations, il revenait d’une pause lorsque l’accident s’est produit, sur le pont du boulevard Guillaume-Couture, qui surplombe la rivière Etchemin, dans le secteur de Saint-Romuald.

Réservoir à air comprimé

L’homme n’a eu aucune chance et serait mort sur le coup, après avoir été frappé par le souffle provoqué par la décompression d’un réservoir à air comprimé . L’appareil servait à décaper la peinture du pont.

La Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité au travail (CNESST) a ouvert une enquête pour tenter de déterminer les circonstances exactes de l’accident.

Jusqu’à nouvel ordre, le jet d’abrasif y est interdit « jusqu’à ce que l’employeur nous soumette une nouvelle méthode de travail », a souligné la porte-parole, Audrey-Anne Lafrenière.

Le chantier devrait également être fermé pour les prochains jours. Des témoins seront notamment rencontrés, et le rapport devrait être rendu public d’ici six mois.

L’employeur, Versailles 48, n’a pas souhaité répondre aux questions du Journal, jeudi.

– Avec la collaboration de Pierre-Paul Biron