/entertainment/feq
Navigation

[PHOTOS] FEQ: Souldia prophète en son pays

[PHOTOS] FEQ: Souldia prophète en son pays
Photo Sandra Godin

Coup d'oeil sur cet article

 On dit que nul n’est prophète en son pays. Mais ça ne s’applique certainement pas à Souldia. En ce jeudi soir orageux, le rappeur de Limoilou a livré une foudroyante prestation devant un Impérial plein à craquer, sous surveillance policière. 

 Pour sa première fois au Festival d’été en 15 ans de carrière, Souldia était de retour à l’Impérial après y avoir mis les pieds pour la dernière fois en 2014. Comme c’était le cas il y a cinq ans, on y a remarqué la présence de policiers autant à l’intérieur qu’à l’extérieur de la salle. 

[PHOTOS] FEQ: Souldia prophète en son pays
Photo Sandra Godin

 À l’instar d’Éric Lapointe, l’enfant terrible du hip-hop québécois avait annoncé lui aussi qu’il donnerait le spectacle de sa vie, dans cette salle mythique qu’il a remplie plusieurs fois, à quelques rues d’où il a grandi. 

[PHOTOS] FEQ: Souldia prophète en son pays
Photo Sandra Godin

 Dire qu’il était attendu relève de l’euphémisme. Une file s’est formée sur la rue Saint-Joseph deux heures avant qu’il monte sur scène, et s’étendait jusque sur la rue Caron. Les agents de sécurité ont d’ailleurs dû refouler plusieurs dizaines de personnes, qui n’ont pu parvenir à l’intérieur. 

 Dès que le rappeur Obia le Chef a terminé sa première partie et mis le pied hors de scène, la foule le réclamait à grands coups de «Souldia! Souldia! Souldia!». 

 «C’est bon d’être de retour à la maison», a lancé le rappeur devant une foule en délire, après avoir mis le feu aux poudres avec Devil en l’air, pièce de son 6e album Survivant, lancé en 2018. 

 Avec Marième, Naya Ali et Rymz 

 Souldia était accompagné par son complice, Farfadet, et plusieurs invités avaient aussi répondu à l’invitation de Souldia, à prendre part à ce rendez-vous spécial. 

 D’abord, Marième, figure féminine du hip-hop elle aussi originaire du quartier Limoilou, est venue faire le duo qu’elle a enregistré avec lui, Le Sablier. «Ce soir, Québec, je vous largue une nouvelle track», a-t-il lancé juste avant Brûler les ponts, pour laquelle Marième est restée sur scène. 

 Naya Ali, étoile montante qui sera du marathon hip-hop québécois à place George-V samedi, est aussi montée sur scène. Pour clore la soirée, Souldia a été rejoint par le rappeur québécois Rymz, sous les cris assourdissants des festivaliers. 

 Pendant plus d’une heure et demie, Souldia était en parfaite communion avec ses fans, qui connaissaient toutes les paroles, serrant les dizaines de mains tendues vers lui à l’avant-scène. C’est ce qu’on appelle un retour triomphant. 

 Obia le Chef 

 Le vétéran slammeur Obia le Chef, lui, en était à son premier Impérial. Le rappeur et Haïtien d’origine montréalaise s’est exécuté en première partie avec un MC, réussissant à instaurer une atmosphère électrique avec son flot percutant.   

[PHOTOS] FEQ: Souldia prophète en son pays
Photo Sandra Godin

 Le maître du street rap, qui a entre autres collaboré avec le producteur Kaytranada, a dégainé les pièces de son premier album, Soufflette, lancé en 2018 après avoir cumulé de nombreux projets et mixtapes depuis le début des années 2000.