/opinion/blogs
Navigation

Steven «Pipeline» Guilbeault

Le bonheur d'être libéral...

Steven «Pipeline» Guilbeault
MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Ça fait combien d’années qu’on le voit à la télé du Canada? Et qu’on l’entend à la radio du gouvernement fédéral? Et ailleurs. Dix, quinze, vingt ans... 

C’est le cours magistral le plus long jamais donné par un être humain depuis la mort du Christ: Steven Guilbeault, l’homme qui étreignait des arbres. Il sera député fédéral. Ministre fédéral. Et toujours donneur de leçon. 

Il a fait Sciences po, tâté des relations internationales et goûté aux profondeurs spirituelles de la religion avant d’aboutir dans le militantisme écolo, une démarche qu’on pourrait croire naturelle... 

Et Steve a parlé, parlé, parlé, parlé et parlé encore, encore et encore. Il s’est fait une réputation, une paye et une marque de commerce équitable. 

Steven «Pipeline» Guilbeault
Photo d'archives

Il a frayé avec les premiers ministres, les ministres, les députés, les fonctionnaires et tout le menu fretin simili-poulet qui se tient pour important dans la basse cour. On l'a vu partout. À Paris, à Copenhague, aux Chutes Manitou...  

Il a même été d’un comité consultatif fédéral, le tapis roulant qui l’a mené là où on l’attendait : candidat des liberals. Cuvée 2019. 

Il a fait le tour du mur des lamentations et le voilà avec Justin Trudeau, le Grand Penseur Spirituel, ni plus ni moins que le GPS du Canada, ce pays sans nation, à peine des frontières, et bientôt dégenré. 

On savait bien que Steve finirait par lever les bras en l’air avec l’Ami de la transcanadienne. N’a-t-il pas souri dans sa barbe bien taillée, juste assez longue pour être cool et de gauche comme un prof.  

Il n’a pas osé chanter Haut les mains! Haut les mains! Haut les mains! Donne-moi ton porte-feuille! Mais on ne perd rien pour attendre. 

Dans une entrevue tout à fait charmante, qui rappelait les confessions estudiantines de Grabuge Nadeau-Dubois, Anne-Marie Dussault, moins d’un mois avant l’annonce officielle de sa candidature, a fait dire à Green Steve qu’il avait de la difficulté à digérer le pipeline acheté par GPS l’an dernier.  

Steven «Pipeline» Guilbeault
Photo Le Journal de Québec, Daniel Mallard

Alors que tout le monde tourne au vert, au vélo et au végan, pomper de la mélasse pétroleuse, c’est franchement out of order... 

Des milliards qu’il a dû allonger. Plus de quatre. Et il paraît que c’est pour faire le bonheur de «la classe moyenne et de ceux qui croient en faire partie». Dixit Vous-Savez-Qui... 

Ça fera aussi de la fricassée pour les fonds de pension, les RÉER et les vendeurs de Dodge Ram 1500 hyper assoiffés, mais ça, vaut mieux ne pas en parler, surtout à la télé. 

L’Apprenti Pouce vert de Laurier-Sainte-Marie dit que les sables bitumineux sont responsables de la moitié de la croissance des gaz à effet de serre au Canada. C’est comme une grosse-grosse cimenterie... 

De là la nécessité d’une taxe carbone sur la pollution, payable par tout le monde et remboursée par le chic gouvernement fédéral aux provinces les plus rébarbatives à la lutte aux changements climatiques. À 23 sous/litre, à terme, ce sera payant pour l'État... 

La Belle province reste la Belle dinde du Dominion et n’aura pas droit, elle, à ces nouveaux dollars fédéraux...  

De toute manière, quand elle proteste, en privé ou en public, on lui remet vite le nez dans sa péréquation... 

Steven «Pipeline» Guilbeault
Matthew Usherwood/AGENCE QMI

Ne cherchez pas la logique dans tout ça. Les actions politiques du Spinoza de la Confédération ne sont pas pour les esprits moyens. Plusieurs ont abdiqué, et pas parmi les plus cons. 

Que fait notre Stevert dans cette galère? Il fait un acte de foi. 

Il dit vouloir changer le monde de l’intérieur. Une sorte de Guerre de Troie de troisième niveau avec Catherine McKenna dans le rôle d’Hélène. 

Quand elle a su pour Steve au PLC, elle s’est écriée, plutôt absconse: «J’ai hâte d’avancer ensemble»

Dubitative, la classe moyenne a tout simplement hâte de voir combien ça lui coûtera, toutes ces belles intentions. 

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions