/finance/business
Navigation

Des retards de paiement pour Bombardier Transport en France ?

Coup d'oeil sur cet article

CRESPIN, France | Des syndicats français affirment que des fournisseurs de l’usine de Bombardier Transport de Crespin, dans le nord de la France, subissent des retards de paiement, ce qui crée de la pression sur la qualité des trains.

Selon le journal français Les Échos, des représentants de la Confédération générale du travail (CGT) et de l’Union syndicale SUD Industrie (USSI) sonnent la sonnette d’alarme et évoquent de possibles suppressions d’emploi.

«On nous a annoncé 40 millions d'euros d'impayés, avec un pic allant jusqu'à 57 millions», a soutenu Yannick Pédini, délégué de la CGT dans la seule usine française de Bombardier Transport.

De pareilles sommes, en dollars canadiens, équivalent respectivement à environ 58,6 millions $ et 83,5 millions $.

Selon le quotidien d'information économique, les syndicats évoquent des problèmes de trésorerie au sein de Bombardier Transport et craignent pour les petits fournisseurs, partenaires du géant canadien du rail. Cette situation provoquerait, selon eux, des retards de livraison de pièces et de composantes, sinon carrément des refus de livraison tant que les paiements ne sont pas effectués.

«Crespin renfloue certains autres sites en grande difficulté», a ajouté M. Pédini au sujet de l’usine qui emploie 2000 travailleurs près de Valenciennes, en bordure de la frontière avec la Belgique.

Parlant de «pièces mal montées» et de «problèmes de qualité», les syndicats s’inquiètent aussi pour le carnet de commandes.

De son côté, la direction de l’usine de Bombardier Transport a dit aux Échos qu’elle suivait la situation de près. «Cela fait partie de la vie d'une usine de production», a mentionné Anne Froger, responsable des communications de Bombardier Transport en France. Elle a précisé qu’il n’est pas question de licencier des travailleurs, indiquant que le site est en période de recrutement.