/news/transports
Navigation

Incident d’Air Canada: une situation «assez rare»

Coup d'oeil sur cet article

Les incidents comme celui ayant fait 37 blessés jeudi parmi les passagers d’un vol d’Air Canada faisant la liaison entre Vancouver et Sydney, en Australie, sont assez rares, selon l’ancien pilote Jean Lapointe.

 

  • L’expert en aviation civile Jean Lapointe était à l’émission Dess de 11 à 13 sur QUB radio: 

 

«Ce qu’on constate avec les 285 personnes qui étaient dans ce Boeing 777, c’est que 250 [d'entre elles] n’ont pas été blessées parce [qu’elles étaient] bien attachées. Les agents de bord qui font le service sont à risque, les gens qui vont à la toilette et les gens qui se délient les muscles» aussi, a expliqué vendredi l’expert en aviation sur les ondes de LCN. 

Dans ce cas, la particularité de l’événement vient du fait que les pilotes n’étaient pas au courant de la zone de turbulences. 

«On était loin de ces éléments-là [zones orageuses ou courants-jets]. La turbulence par temps clair, ce sont deux masses d’air qui se rencontrent, [une] chaude et [une] froide. Elles causent des turbulences qui sont difficilement prévisibles, d’où l’explication des 37 personnes qui ont été blessées», a-t-il ajouté. 

Lorsque de la turbulence sévère est annoncée, les pilotes ont plusieurs moyens pour en atténuer les effets. 

«Les pilotes sont au garde-à-vous parce qu’on tente de l’éviter, soit en changeant d’altitude, de route, en ralentissant nos avions, [etc.]», a poursuivi l’expert. 

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions