/misc
Navigation

Jeffrey Epstein, un espion? Si oui, pour qui?

Jeffrey Epstein, un espion? Si oui, pour qui?
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Pour tenter de justifier la peine incroyablement légère imposée au richissime pédophile Jeffrey Epstein, Alex Acosta le procureur fédéral chargé de la poursuite dans ce dossier aurait affirmé qu’il a agi ainsi parce qu’on lui a dit qu’il était un agent secret: «I was told Epstein “belonged to intelligence” and to leave it alone.» Son explication a suffi à rassurer l’équipe de transition de Trump qui lui a donné le poste de secrétaire au travail. Interrogé en conférence de presse à ce sujet, Acosta n’a pas voulu répondre. 

On a supposé qu'Epstein était intouchable parce qu'il avait amassé des tas de cochonneries sur des personnalités importantes. Mais si Epstein est impliqué dans des affaires d’«intelligences», le dossier risque de prendre une tangente encore plus gravissime. Recueillait-il ces informations compromettantes pour les services secrets d’une puissance étrangère? 

En effet, si Jeffrey Epstein travaillait pour un service d’«intelligence» ce n’était pas un organe de sécurité des États-Unis. Les services secrets américains tolèrent beaucoup de choses de leurs informateurs, mais n’accepteraient jamais qu’ils dirigent pendant des années, aux États-Unis même, un réseau de prostitution juvénile. 

Alors pour qui pouvait-il travailler? Le FSB russe? Peu probable. La meilleure amie, partenaire commerciale et complice d’Epstein, la Britannique Ghislaine Maxwell est la fille du patron de presse Robert Maxwell, décédé dans des circonstances mystérieuses en 1991. Israël lui a organisé des funérailles nationales au cours desquelles six responsables des services secrets israéliens ont écouté le premier ministre Yitzhak Shamir dire à son sujet: «Il a fait plus pour Israël que l'on ne peut le dire aujourd'hui.» 

Le réseau d’amis d’Epstein comprenait de nombreuses personnalités mondiales qui auraient pu être filmées dans des situations compromettantes, ce qui présenterait un très grand intérêt pour tous les services de renseignement de la planète. L’affaire Epstein était-elle une opération de séduction et de compromission sexuelle à grande échelle utilisée pour piéger des dirigeants américains et étrangers? 

Epstein gardait un carnet de téléphone noir dans lequel il consignait les numéros de tous ses contacts importants. Le petit livre noir est maintenant entre les mains des enquêteurs. Outre les numéros de téléphone de Trump et de Clinton, étaient consignés parmi des dizaines d’autres, ceux de Tony Blair, de prince Andrew, de David Koch, de Mike Bloomberg, d’Ehud Barak. L’ancien premier ministre d’Israël a minimisé ses relations avec Epstein qui a financé en 2015 une start-up israélienne, Reporty Homeland Security, appartenant à Barack, un adversaire politique du premier ministre Netanyahu. Pas une façon idéale de dissimuler des liens avec le Mossad. 

Les noms de Conrad Black et de sa femme apparaissent aussi dans le carnet avec une vingtaine de leurs numéros de téléphone. 

Vicky Ward, la journaliste d’enquête qui a commencé à révéler dès 2002 dans Vanity Fair le côté répugnant d’Epstein explique maintenant dans un article du Daily Beast que Conrad Black, pardonné récemment par Trump, est intervenu pour faire modifier son reportage sur Jeffrey Epstein. Elle affirme: «Epstein s’appuyait aussi lourdement sur l’oncle de mon ex-mari, Conrad Black, pour tenter d’exercer son influence sur moi, ce qui était particulièrement inattendu compte tenu du fait que Black était le patron de mon ex-mari à ce moment-là.» Vicky Ward affirme que les allégations de deux femmes ont été supprimées de son article de Vanity Fair

Revenons, pour conclure, sur les allégations d’espionnage. La saga d’Epstein risque de devenir encore plus sinistre et... plus intéressante à condition que les médias continuent de fouiller l'histoire et ne l’abandonnent pas comme ils l'ont fait en 2008. Le dossier était inerte jusqu’à ce que la journaliste d’enquête Julie K. Brown du Miami Herald relance l’affaire en 2018. Les procureurs fédéraux de New York, qui poursuivent Epstein, lui ont témoigné leur gratitude affirmant qu’ils ont bénéficié de son l'excellent journalisme d'investigation».