/sports/baseball/capitales
Navigation

L’espoir n’est pas mort

Coup d'oeil sur cet article

Ce n’est un secret pour personne, les Capitales de Québec ont quelque peu déçu en début de saison, eux qui sont actuellement en dernière place de la ligue Can-Am. Il ne faut pas chercher bien loin pour comprendre la situation; l’équipe de Patrick Scalabrini n’a remporté que trois de ses 13 séries.

Bien qu’il reste encore 14 séries à jouer aux Capitales, force est d’admettre que nous sommes loin des attentes avec cette fiche. Il faudra que la situation change drastiquement si l’équipe de la Vieille Capitale veut atteindre les séries éliminatoires, mais Scalabrini est convaincu que le début de saison n’était qu’une erreur de parcours.

«Les déboires du début de saison sont arrivés par vagues. On a commencé la saison avec les joueurs qu’on avait en attendant nos Cubains et on pensait quand même pouvoir bien faire. À un moment donné, on a réalisé qu’on s’était enlisés dans un petit fossé et il a fallu faire quelques ajustements pour être plus compétitifs et jouer comme des pros.»

Toujours maîtres de leur sort

Lorsqu’on parle de programme double, il est important pour les équipes d’au moins remporter une victoire sur deux, mais ce n’est pas le cas pour les Caps depuis le début de la saison. Avant le programme double que jouaient les Capitales vendredi, la fiche de l’équipe lors de telles circonstances était de cinq défaites et trois victoires.

Il ne faudrait tout de même pas lancer la serviette trop rapidement lorsqu’on parle des séries éliminatoires. Bien que les Capitales se retrouvent à cinq matchs des Champions d’Ottawa qui détiennent actuellement la dernière place donnant accès aux séries, il reste encore 10 matchs à jouer aux Capitales contre l'équipe de la capitale fédérale. C’est donc dire qu’ils ont leur sort entre leurs mains et l’équipe d’entraîneurs est très optimiste en vue des prochaines semaines.

«Je crois que nous sommes plus motivés en ce moment que si nous étions en première place du classement. Bien sûr, ce serait génial si nous l’étions, mais être tout derniers nous donne faim de victoires, a analysé l’assistant-entraîneur Tim Smith, avant le programme double des Caps contre les Jackals. Ce sentiment d’urgence, je l’espère, nous aidera à devenir meilleurs chaque jour et nous obligera à travailler pour nous sortir de notre position. Si l’équipe est prête à tout donner, je crois que ça pourrait donner quelque chose de vraiment spécial.»