/news/education
Navigation

Roberge assouplit son règlement sur l’école à la maison

Des consultations l’ont convaincu de repousser les examens du ministère à 2021

Coup d'oeil sur cet article

Devant l’échec académique éventuel de plusieurs enfants, le ministre de l’Éducation a choisi de jeter du lest sur son règlement qui encadre l’école à la maison, a appris le Journal.

Le ministre Jean-François Roberge repousse notamment à juin 2021 – au lieu de juin 2020 – l’obligation de passer les examens du ministère pour ces élèves scolarisés à domicile.

Selon le ministre, en raison d’un manque d’uniformité dans le parcours scolaire des élèves qui font l’école à la maison, il n’aurait pas été judicieux de les obliger à passer, dès juin prochain, les épreuves ministérielles.

«Certains enfants avaient tellement de retard dans l’apprentissage du programme qu’on les aurait placés en situation d’échec», a indiqué au Journal le ministre Roberge, vendredi.

«Ce n’était pas possible, en moins d’un an, de se mettre aux normes», a-t-il ajouté.

Consultations

Le projet de règlement, déposé à la fin mars à l’Assemblée nationale, a fait l’objet de consultations auprès des parents qui enseignent à la maison. Ce sont ces discussions qui ont convaincu le ministre de la nécessité d’assouplir son règlement.

«J’ai tenu compte de plusieurs commentaires reçus durant la période de 45 jours et c’est pour ça qu’on a modifié le règlement. J’ai reçu des centaines de lettres», a précisé le ministre.

La nouvelle mouture du règlement prévoit également l’obligation de donner aux parents des modèles d’examens ministériels avec des cahiers de correction, ce qui pourrait «aider les parents à normaliser leur enseignement», a dit le ministre 

«Ça vient diminuer le stress de l’enfant devant l’examen qu’il devra faire», a-t-il ajouté.

Écoles illégales

En plus de mieux encadrer l’école à la maison, le gouvernement Legault souhaite, par ce règlement, couper l’herbe sous le pied aux écoles illégales.

«Il y a des gens qui faisaient le choix d’envoyer leur enfant dans une école illégale, souvent religieuse illégale, et qui, pour arriver à leurs fins, prétendaient faire l’école à la maison», a expliqué M. Roberge.

Or, le nouveau règlement oblige les parents à enseigner à leurs enfants les matières de base, comme la langue maternelle, la langue seconde, les mathématiques, les sciences et l’histoire.

Quant aux examens du ministère de l’Éducation, qui deviendront obligatoires dès juin 2021 pour les enfants scolarisés à domicile, ils sont menés en quatrième et sixième années du primaire ainsi qu’en deuxième, quatrième et cinquième secondaire.