/news/health
Navigation

Une infirmière est menacée de congédiement pour avoir parlé à TVA Nouvelles

Coup d'oeil sur cet article

 Une infirmière de nuit en CHSLD a reçu un avis disciplinaire pour s’être exprimée dans les médias en mai dernier. 

 Linda Lavoie se fait maintenant menacer de congédiement après avoir parlé à TVA Nouvelles, en mai dernier, alors qu’elle voulait dénoncer sa surcharge de travail. Cette nuit-là, elle était responsable de 108 patients à elle seule dans un CHSLD de Beauceville. 

 L’avis qu’a reçu Linda Lavoie mentionne que son geste a pour effet de porter atteinte à l’image et à la réputation de l’organisation pour laquelle elle travaille. 

 Plus loin dans l’avis, il est également mentionné que, si elle décide de reparler aux médias, des mesures plus sévères seront prises, pouvant aller jusqu’à son congédiement immédiat. 

 Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Chaudière-Appalaches n’a pas voulu accorder une entrevue à la caméra de TVA Nouvelles. Dans un échange de courriels, il a plutôt été mentionné que «pour des raisons de confidentialité», il n’est pas possible de «commenter les mesures spécifiques au dossier d’un employé». 

 Dans cet échange de courriel, il a aussi été mentionné que «le CISSS affirme que madame a rapporté de faux éléments, ce qui a inutilement inquiété nos usagers et familles». 

 Par contre, dans l’avis disciplinaire dont TVA Nouvelles a obtenu copie, il n’est indiqué nulle part que la femme a rapporté de faux éléments. 

 Selon la FIQ, son syndicat, des situations similaires à celle vécue par Linda Lavoie sont fréquentes dans le réseau de la santé. Mme Lavoie préfère ne pas réagir par peur de représailles et laisse le dossier entre les mains de son syndicat.