/misc
Navigation

Aux portes du paradis

Au cours des prochaines semaines, il ne sera pas rare d’attraper de beaux spécimens comme ceux-ci à la pourvoirie Camp 3 Saisons, au lac Kipawa, au Témiscamingue.
Photo courtoisie Au cours des prochaines semaines, il ne sera pas rare d’attraper de beaux spécimens comme ceux-ci à la pourvoirie Camp 3 Saisons, au lac Kipawa, au Témiscamingue.

Coup d'oeil sur cet article

Dans le secteur le plus à l’ouest de la Belle Province, qu’on pourrait appeler le Far West québécois, on retrouve 6 000 lacs et rivières.

La grande région du Témiscamingue est un réel éden pour les amateurs de chasse et de pêche qui s’étend sur plus de 19 154 km². Imaginez, on y dénombre seulement 16 000 citoyens, répartis dans 19 municipalités. Cela signifie qu’il n’y a que 1,2 habitant au km². À titre d’exemple, ce chiffre s’élève à 4 140 sur l’île de Montréal.

Géo localisation

Réjean Beaudoin est le propriétaire du Camp 3 Saisons depuis 14 ans. Comme le dit si bien ce fils de pourvoyeur, natif de l’endroit : « La grande majorité des gens qu’on rencontre dans les expositions n’ont aucune idée précise du lieu où se situe notre pourvoirie. Plusieurs nous confondent avec le Témiscouata tandis que d’autres croient que nous sommes en Abitibi ».

Immense

À 45 minutes de la frontière québéco/ontarienne, on découvre une véritable mer intérieure de 300 km² de superficie avec 1 600 km de pourtour portant le nom de lac Kipawa. Cette imposante nappe d’eau en forme de « X», d’une longueur de 77 km et d’une largeur de 93 km, ressemble du haut des airs à une mosaïque avec ses milliers d’îles et d’embranchements.

Un rêve

Reggie, comme tout un chacun le surnomme, est littéralement venu au monde dans une pourvoirie du Kipawa. Il y a passé sa jeunesse à titre d’homme à tout faire et de guide. Même lorsque ses parents ont vendu, il a continué à travailler chez un autre aubergiste de la forêt.

N’ayant pas les fonds nécessaires pour acheter l’entreprise familiale, il a dû réorienter sa carrière avec un seul but en tête, soit celui d’économiser suffisamment pour devenir à son tour pourvoyeur. Il a réalisé son rêve en 2006. Depuis, il y a élevé sa famille et a développé le site qui est en opération depuis les années 40.

Parlons pêche

Ce qui est fort plaisant de ce territoire poissonneux, c’est la diversité qu’on y retrouve.

Le doré est l’espèce vedette des lieux. Le micro-climat et l’abondance de poissons-fourrages permettent une croissance rapide de ces percidés. Il n’est pas rare de croiser le fer avec plus d’une trentaine de spécimens par sortie. Selon Reggie : « La gamme d’exploitation contrôlée de 37 à 53 cm a vraiment engendré une explosion démographique ». En moyenne, il se capture annuellement au Camp 3 Saisons une douzaine de trophées de plus de 4,5 kg. Retenez toutefois que les captures de 2,5 à 3 kg sont monnaie courante et qu’il s’en déjoue au-delà de 25 par semaine. Les techniques les plus productives sont la dandinette, la traîne avec poisson-nageur et la pêche avec une flotte profilée et une sangsue. Un géant de 7,25 kg (16 lb) y a été soutiré en 2009.

La deuxième espèce la plus populaire est l’achigan à petite bouche. On pourrait carrément rebaptiser le site et l’appeler le spot des grosses palettes, car on y intercepte très souvent des batailleurs de deux kilos avec les méthodes traditionnelles. L’habitat rocheux se prête à merveille à l’expansion de ces adversaires colériques où un monstre de 60 cm (24 po) fût gracié l’automne dernier par un client de longue date.

Avec une profondeur moyenne de 35 mètres, vous ne serez pas surpris d’apprendre que le touladi occupe une place de choix au Kipawa. Les adeptes peuvent conserver une grise de 65 cm ou plus. Outre la traîne près des bas-fonds, la pêche à la jig génère d’excellents résultats. Roger McTear a combattu et remis à l’eau, en 2010, un poisson record de 14,65 kg (32,3 lb).

Si vous préférez vous lancer aux trousses des brochets qui font fréquemment osciller la balance au-dessus de la marque des 8 à 10 kilos, lorgnez du côté des nombreuses baies herbeuses.

Pistes et repères

  • NOM : Pourvoirie Camp 3 Saisons.
  • OÙ : Au cœur du Témiscamingue à environ 650 km de Montréal.
  • DIRECTIONS : Possibilité de passer par l’Abitibi, mais préférable de se véhiculer du côté de l’Ontario via les routes 40 et 17 jusqu’à Mattawa, puis par la 533 et la 63. Une fois au Témiscamingue empruntez la 101 jusqu’à Laniel. Il ne reste alors que cinq kilomètres de gravier pour vous rendre jusqu’au bateau-taxi pour une randonnée finale de 20 minutes.
  • HABITATIONS : Sept chalets cotés quatre étoiles pouvant accueillir de 2 à 12 personnes.
  • FORFAITS : Européen 3, 5 et 7 jours.
  • COMMODITÉS INCLUSES : Chalets tout équipés, énergie solaire et avec génératrice 24/7, chaloupes sécuritaires 16 pieds avec 15 forces par groupe de deux, WiFi, réseau cellulaire à certains endroits, glace, congélateur pour prises, navette, stationnement, essence, vers, carte du lac avec visite guidée sur l’eau des différents sites de pêche avec le propriétaire, quai, rampe de mise à l’eau et possibilité d’apporter votre propre embarcation, etc.
  • ESPÈCES : Doré, touladi, brochet, achigan à petite bouche, corégone, etc.
  • ZONE : 13 ouest.
  • ACTIVITÉS : Combiné chasse à l’ours et pêche, chasse à l’orignal avec 60 % de taux de succès, canot, pédalo, randonnée pédestre, baignade.
  • UNICITÉ : Site méconnu avec une belle diversité de poissons subissant peu de pression de pêche dans un décor enchanteur où les journées sont très longues en fonction de la position géographique.
  • INFOS : 819 627-6030, le www.3seasonscamp.com ou facebook.com/camp3saisons.

Je vous invite à me suivre sur Facebook à l’adresse suivante : facebook.com/lapassiondepatrickcampeau