/sports/opinion/columnists
Navigation

Cure de jeunesse au secteur de l’Étape

Sepaq
Photo Julien Cabana Pour cette grande annonce, la Sépaq avait sorti l’artillerie lourde avec, de gauche à droite, le vice-président secteur faunique, Dave Boulet, le président-directeur général, Jacques Caron, le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour, et le directeur de la réserve faunique, Sylvain Boucher.

Coup d'oeil sur cet article

CAMPING LA LOUTRE | Après plusieurs années d’attente, les amateurs qui fréquentent le secteur de l’Étape, dans la réserve faunique des Laurentides, vont enfin avoir droit à de nouvelles installations à la suite de l’annonce d’une subvention de 4,5 millions pour la bonification d’hébergements dans la réserve.

L’annonce a été faite par le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour, en présence du grand patron de la Sépaq, Jacques Caron.

« L’investissement annoncé démontre l’importance que le gouvernement du Québec accorde à la qualité des infrastructures offertes aux amateurs de plein air, chasse et pêche, ainsi qu’à la protection du patrimoine bâti dans le réseau de la Sépaq, a souligné le ministre Dufour. Cet investissement est une preuve de notre désir d’offrir aux générations futures des options d’hébergement viables et durables. »

De son côté, le directeur de la réserve, Sylvain Boucher, ne pouvait cacher sa joie à l’annonce de ces investissements.

« Il est certain que l’arrivée d’une telle somme va nous être très utile pour mener à bien tous les projets que nous avons pour le secteur du grand lac Jacques-Cartier, explique le directeur. C’est une belle reconnaissance de la part du gouvernement qui consacre le rôle de terrain de jeux en nature de la réserve, autant pour les gens de la grande région de Québec que pour les amateurs du Saguenay–Lac-Saint-Jean. C’est aussi une reconnaissance de tout le réseau des réserves fauniques qui se retrouvent un peu partout dans les régions du Québec. Elles ont à jouer un rôle de protection de la faune et de ses habitats et offrent des activités intéressantes pour les amateurs de plein air, chasse et pêche. »

Sur les 4,5 M$ annoncés, plus de la moitié, soit 2,5 M$, seront consacrés au secteur du grand lac Jacques-

Cartier. Si on ajoute à ce montant la réserve de 2,4 M$ que l’on avait pour le secteur, c’est près de 5 M$ qui seront investis. Les affreux chalets qui sont dans le décor présentement vont tous disparaître. Ils seront remplacés par 20 nouveaux chalets, dont une dizaine en bordure du lac, avec la façade entièrement fenestrée. Il était temps que les gens puissent vraiment profiter de ce site exceptionnel, avec une vue sur le lac. On ajoutera six unités de prêt-à-camper. La rampe de mise à l’eau pour les embarcations sera refaite, tout comme l’entrée du site. L’accueil sera amélioré et les 127 emplacements du camping La Loutre, seront remis à niveau, afin de répondre aux besoins de la clientèle de campeurs d’aujourd’hui.

AILLEURS DANS LA RÉSERVE

Pour le reste de la somme annoncée, soit 2 M$, plusieurs interventions seront faites sur différents sites.

Pour le Pavillon des Portes-de-l’Enfer, plusieurs bâtiments seront rénovés. On parle ici de rénovations de toitures et de changement de certaines fenêtres, une cure de rajeunissement dont les bâtiments ont bien besoin. Ce pavillon possède une solide réputation d’excellence que le directeur ne veut surtout pas perdre.

Pour les amateurs qui fréquentent le secteur Cyriac, reconnu pour sa qualité de pêche, ils verront apparaître deux nouveaux chalets qui viendront remplacer ceux qui sont rendus à bout d’âge. Les deux autres chalets seront rénovés. La somme de 1 million sera investie. Finalement, pour le reste du montant, soit 500 000 $, il y aura construction et rénovation d’hébergements pour les employés.

« La réserve faunique des Laurentides se distingue en offrant le plus grand bassin d’ombles de fontaine indigènes au monde, ce qui en fait le meilleur endroit pour la pratique de la pêche de cette espèce à moins d’une heure de la ville de Québec, indique le président-directeur général de la Sépaq, Jacques Caron. Nous sommes heureux que la réserve puisse bénéficier de ces investissements afin de poursuivre la mise en valeur de son territoire, idéal pour initier la relève de la pêche des régions de Québec et du Saguenay-Lac-Saint-Jean. »

En 2020, la réserve fêtera 125 ans de protection et de mise en valeur de son territoire.