/weekend
Navigation

Les Soirées Carte Blanche: cinq questions aux animateurs

Coup d'oeil sur cet article

C’est un vent de renouveau qui souffle sur Juste pour rire. Ayant écarté ses traditionnels galas, le festival d’humour présente désormais des Soirées Carte Blanche lors de cinq soirs très courus à la Place des Arts. Le Journal a posé des questions aux six animateurs de ces soirées: Katherine Levac, Philippe Laprise, Anne-Élisabeth Bossé, Adib Alkhalidey, Julien Lacroix et Jay Du Temple.

Comment as-tu réagi quand on t'a proposé d'avoir ta propre Soirée carte blanche?

KATHERINE LEVAC: « Au début, j’étais un peu paniquée parce que je n’ai jamais rien animé de ma vie. D’habitude, le monde commence au Bordel Comédie Club, pas à la Place des Arts! Mais plus le processus avance, plus je me sens à l’aise et plus j’ai hâte de faire ça. Mais je ne le vois pas comme un show de stand-up, je le vois comme un défi, quelque chose de nouveau. Je me prête au jeu. J’ai très hâte parce que c’est nouveau. Je me suis prise à mon propre jeu. »

Katherine Levac
Photo courtoisie, Jimmy Hamelin
Katherine Levac

 

PHILIPPE LAPRISE: « J’étais très content. J’ai toujours aimé travailler à Juste pour rire. J’ai toujours trouvé ça agréable comme ambiance. Pouvoir faire sa propre carte blanche avec les invités que l’on veut. Surtout de prendre la carte blanche différemment et de me dire que j’allais faire des choses que je ne suis pas habitué de faire. J’ai hâte de voir ce que ça va donner comme spectacle. »

ANNE-ÉLISABETH BOSSÉ: « Au départ, j'ai eu peur de me sentir imposteur. Après réflexion, j'ai réalisé que cette marque de confiance était énorme et devait être considérée comme un cadeau. J'ai décidé de plonger et d'y aller à fond, en refusant de me laisser refroidir par la peur de l’échec. »

ADIB ALKHALIDEY: « Heureux et honoré d'avoir la chance d'animer cette soirée, en compagnie de quelqu'un pour qui j'ai énormément d’estime [Julien Lacroix]. C'est en regardant Juste pour rire à la télé, plus jeune, que je rêvais en secret d'un jour faire ce métier. Alors, c'est dans la joie que j'ai accepté l’opportunité! »

JULIEN LACROIX: « J’étais très heureux. Comme je consomme très peu d'humour américain, mon éducation humoristique a été faite avec Juste pour rire. La musique, les numéros marquants, l'histoire du festival est mythique. De plus, je n'ai jamais fait de gala. Ma première participation sera en tant qu'animateur. Je suis aux anges. »

JAY DU TEMPLE: « J’ai été « pouiche », j’ai appelé ma sœur (ma gérante) et on a fait un plan de match. Je pense que je vais réaliser que tout ça est bien vrai quand je vais monter sur scène le soir du show. Et me réveiller le lendemain en m’en ennuyant déjà. »

Qu'as-tu voulu concocter comme soirée? T'es-tu entouré(e) d'amis pour tes invités?

KATHERINE: «Je me suis entourée de trois sortes de personnes humoristes: des gens que j’admire, des gens qui sont mes amis proches et des gens que j’ai envie de faire découvrir. Quand on pense à du monde comme Anas Hassouna et Sam Boisvert, ce sera leur premier gala. C’est quelque chose de très excitant. J’ai hâte que les gens les découvrent. Y’a autant du monde comme Phil Roy, Rosalie Vaillancourt, Arnaud Soly, Sam Breton qui sont des amis de longue date. Je suis ravie de les avoir sur mon gala parce qu’on va juste se faire du fun. Et évidemment, il y a Laurent Paquin, Les Denis Drolet, France Castel et Martin Carli. Du monde que je suis: oh my god, je vais les présenter. Des gens que j’admire énormément. Juste le simple fait qu’ils soient là, qu’ils se déplacent pour venir faire des blagues à mon gala, je suis flattée. »

PHILIPPE: « Évidemment, sur la carte blanche, ce sont tous des amis que j’ai invités, aussi des coups de coeur, des gens que j’ai rencontrés dans les dernières années et qui me font capoter bien raide. Pour la soirée, j’ai voulu faire un peu ce que je veux. Faire des petits numéros serrés ou des rêves que j’ai toujours voulu réaliser. Juste pour le fun et s’amuser. »

Philippe Laprise
Photo courtoisie, Jimmy Hamelin
Philippe Laprise

 

ANNE-ÉLISABETH: « J’ai choisi des humoristes très différents les uns des autres. Je les admire tous pour des raisons différentes et je trouve qu'ils excellent tous individuellement dans leur style respectif. Il y en aura donc pour tous les goûts! »

ADIB: « On sait, Julien et moi, que notre union symbolise quelque chose d'unique, du moins à nos yeux quand on observe nos carrières respectives, donc on a construit nos numéros autour du fait que notre union est atypique. Nos forces sont complémentaires et ça nous a permis de vraiment nous amuser et aller ailleurs en création. »

JULIEN: « Adib et moi avons voulu rassembler des humoristes qu'on respecte et qu'on admire. Effectivement, il y a des amis et de très belles surprises. Je crois qu'on a aussi profité du fait que c'est un gala pour pousser nos idées plus loin, des numéros qu'on n’aurait jamais présentés en solo. »

JAY: « J’ai voulu monter un show que j’aimerais voir comme spectateur. J’ai invité des gens que je trouve hilarants qui s’adonnent à être, pour la plupart, de très très bons amis. J’ai aussi essayé de réaliser quelques petits rêves de jeunesse sur scène. »

Te sens-tu à l'aise dans le rôle d'animateur, en général?

KATHERINE: « C’est Mélanie Ghanimé qui m’a dit ça: animer une soirée, c’est un peu comme un gros potluck. Tu mets la table et tout le monde arrive avec son affaire. Je le vois de même, comme si j’invitais tout le monde à un souper chez nous. Est-ce que je suis à l’aise dans ce rôle-là? Oui, mais je ne l’ai jamais fait. Je suis comme: on verra ce soir-là si je suis à l’aise. Mais à date, j’ai très hâte. »

PHILIPPE: « Oui, j’aime bien faire ça. Je trouve ça le fun de présenter les autres. C’est un rôle que j’aime beaucoup. »

ANNE-ÉLISABETH: « C’est un métier en soi que j'apprivoise de plus en plus! Cet été, si on ajoute à cela la radio, on peut dire que c'est l'animatrice en moi qui prend le plancher et je me fais de plus en plus confiance. Il suffit d'y aller avec sa personnalité, avec humilité et simplicité. »

Anne-Élisabeth Bossé
Photo courtoisie, Jimmy Hamelin
Anne-Élisabeth Bossé

 

ADIB: « Je crois que je suis un bon hôte. Je suis vraiment un immense fan d'humour, j'adore regarder mes collègues et profiter aux premières loges de leur talent, donc de pouvoir les accueillir sur scène et m'assurer de créer une belle ambiance dans la salle, c'est le genre de responsabilité qui donne un sens à mon travail et cette soirée en général. »

JULIEN: « J’adore ce rôle, j'aime mettre l'ambiance dans la vie comme sur scène. J'aime écrire la présentation, penser à un fil conducteur. Adib et moi, on fait une vraiment bonne équipe quand vient le temps de mener à terme des idées et convaincre des amis d'embarquer avec nous. »

JAY: « Oui, j’ai animé trois ans dans les bars, là où tout pouvait arriver. Il faisait chaud, il y avait du bruit, il n’y avait pas toujours beaucoup de monde, donc quand j’ai la chance d’animer dans une magnifique (et gigantesque) salle, c’est quasiment trop propre! J’en profite. J’aime ce rôle. J’ai commencé à animer pour revenir plus qu’une fois sur scène dans la même soirée. J’en profiterai, c’est certain. »

Jouer dans une si grande salle comme Wilfrid-Pelletier pose-t-il un défi supplémentaire?

KATHERINE: « Je pense que oui, mais c’est à la fois ce qui rend la chose magique. Des grosse salles comme ça, on n’en fait pas souvent. Là, ce n’est pas juste du monde de Montréal. Ce sont des gens de partout, même dans mon cas de l’Ontario, qui vont se déplacer pour voir ce spectacle-là. Je le vois vraiment comme un gros party. Je suis flattée que les gens se déplacent en si grand nombre. Je suis contente de ça. C’est comme si j’organise un party et tout le monde veut venir. Évidemment, c’est un défi parce que la salle est énorme. Je suis toute seule sur scène, comme je le suis à chaque soir en show. Et je me dis: est-ce que c’est assez? Est-ce que je vais réussir à remplir cette salle-là? J’en ai déjà fait, des galas. J’ai déjà fait cette salle-là. Ça s’était bien passé. Je fais confiance à ça et aux gens qui sont là pour rire. »

PHILIPPE: « En fait, le défi supplémentaire, c’est que vu que c’est de la télé, la salle est éclairée, donc on voit le public. Et quand les spectateurs se voient entre eux, ils sont comme plus gênés à rire, plus réservés. C’est un mouvement dont les gens ne sont pas habitués. Il faut être plus focus là-dessus. »

ANNE-ÉLISABETH: « C’est une salle gigantesque et mythique. On a deux choix: se laisser avaler par elle et par tous les grands noms qui l'ont traversée ou la prendre comme une alliée et se laisser propulser par ceux d'avant. J'ai choisi le deuxième. »

ADIB: « Le seul défi, c'est de travailler le soir du gala comme on l'a fait pendant la création des numéros: dans le plaisir et la légèreté. Pour le reste, c'est vrai que les gens seront nombreux, mais on affiche déjà complet, je prends ça comme une preuve de l'enthousiasme que les gens auront ce soir-là et ça me motive! »

JULIEN: « Je n'ai jamais joué dans une aussi grande salle, le rodage de mon one-man show se termine sous peu donc je n'ai pas commencé encore à jouer dans des salles aussi impressionnantes. Outre le Centre Bell et le Centre Vidéotron, c'est de loin la plus grande salle de spectacle au Québec. J’ai hâte! »

JAY: « Évidemment. Surtout pour partir le show. Je me concentre surtout sur mon numéro d’ouverture parce que partir un show, surtout dans une si grande salle, c’est comme partir un paquebot. C’est lent et ça prend du temps pour prendre sa vitesse de croisière. Le rythme du show est très important pour moi. Bien le partir, et le soutenir jusqu’à la fin. »

Jay Du Temple
Photo courtoisie, Jimmy Hamelin
Jay Du Temple

 

À part ta propre soirée, si tu n'avais qu'une autre soirée carte blanche à suggérer aux gens, laquelle serait-ce et pourquoi?

KATHERINE: « Je vais suggérer la carte blanche d’Anne-Élisabeth Bossé parce que c’est une actrice et non pas une humoriste. Elle s’est lancée dans ce projet-là, elle est complètement « game ». Elle travaille vraiment fort. Elle est vraiment bonne. J’ai vu son rodage et je trouve ça complètement fou ce qu’elle fait. Moi, à sa place, je n’aurais pas été « game » de faire ça. Juste pour ça, je vous suggérerais d’aller voir. Aussi, je fais une petite participation sur son gala, donc évidemment, j’ai un petit parti pris. »

PHILIPPE: « C’est sûr que ma soirée va vraiment être extraordinaire. Mais sinon, je pense que j’irais avec Anne-Élisabeth Bossé... pour la simple et bonne raison que je suis dans son gala aussi et que je fais un numéro (rires). »

ANNE-ÉLISABETH: « C’est littéralement impossible de répondre à cette question. J'ai vu tous ces nouveaux collègues travailler d'arrache-pied et performer dans les bars en rodage. Ils sont tous excellents, travaillants et inspirants. Ils m'ont aussi tous considéré comme une égale et m'ont accueillie dans leur monde à bras ouverts! »

ADIB: « Je ne peux pas faire ça! Honnêtement, tous les animateurs et animatrices ont travaillé très fort et leurs soirées ont toutes l'air superbe. J'irai toutes les voir! »

Julien Lacroix et Adib Alkhalidey
Photo courtoisie, Jimmy Hamelin
Julien Lacroix et Adib Alkhalidey

 

JULIEN: « Je suggèrerais celle d’Adib! (rires) Celle de Kate Levac semble aussi s'en ligner vers un gala unique avec des types de numéro qu'on ne pourrait pas voir ailleurs que sur cette soirée ! »

JAY: « Celle de Katherine Levac, parce que tout ce qu’elle fait est brillant et hilarant. Elle fait un style de stand up tellement honnête, c’est mon style favori. Et c’est ma meilleure amie, je l’aime donc je veux qu’elle soit heureuse et qu’elle joue devant une belle grande salle pleine de gens de bonne humeur. »

- Les Soirées Carte Blanche de Juste pour rire seront présentées les 16 juillet (Katherine Levac), 17 juillet (Philippe Laprise), 18 juillet (Anne-Élisabeth Bossé), 19 juillet (Adib Alkhalidey et Julien Lacroix) et 20 juillet (Jay Du Temple), à 20h, à la Salle Wilfrid-Pelletier. hahaha.com.