/travel/usa
Navigation

Massachusetts: Sur la route des baleines

Une baleine au large de Provincetown.
Photo Massachussetts Travel Une baleine au large de Provincetown.

Coup d'oeil sur cet article

NANTUCKET, Massachusetts | Le 12 août 1819, l’Essex, le navire qui sombra dans les eaux du Pacifique après avoir été attaqué par un énorme cachalot et inspira à Herman Melville son Moby Dick, quittait le port de Nantucket. ÎIe prospère à l’ère de ­l’industrie baleinière, prisée aujourd’hui pour son charme pittoresque et livrant au voyageur curieux des pans de sa fascinante histoire, elle est l’une des 40 étapes de la Massachusetts Whale Trail qui relie musées et ­attractions, sites historiques et centres d’interprétation ou d’observation, autour de ces magnifiques ­mammifères marins. Voici un aperçu en trois escales, de Nantucket à Provincetown.

Nantucket, la Grey Lady

Une fois le traversier entré au port de Nantucket, on imagine un peu ­l’agitation qui y régnait deux siècles plus tôt, grouillant de marins, de navires entrants et sortants, de barils d’huile tirés des cales, de voitures à cheval convoyant la marchandise, de familles réunies pour retrouver les leurs ou faire leurs adieux.

Le Musée de la baleine de Nantucket 
et son squelette de baleine long de 14 mètres. Le canot typique mesurait environ 7 mètres et logeait 6 marins pour la chasse en mer.
Photo Natalie Sicard
Le Musée de la baleine de Nantucket et son squelette de baleine long de 14 mètres. Le canot typique mesurait environ 7 mètres et logeait 6 marins pour la chasse en mer.

Il suffit d’entrer dans le Musée de la Baleine (nha.org), à l’entrée du port, pour plonger dans l’histoire baleinière de Nantucket, qui à son âge d’or, fut l’une des villes les plus riches des États-Unis. Ce bout de terre de 24 par 6 à 10 km de long a contribué à l’époque à éclairer les plus grandes villes américaines, les bougies étant fabriquées avec la graisse de baleine et l’huile servant de combustible pour les lampes à huile.

De l’observatoire du Musée, on jouit d’une vue panoramique et on se met dans la peau des femmes de marins qui grimpaient l’alley, une plateforme sur le toit des maisons, pour scruter les navires à l’horizon, rentrant après souvent trois ans d’expédition.

Nantucket est l’endroit idyllique pour observer les baleines.
Photo Natalie Sicard
Nantucket est l’endroit idyllique pour observer les baleines.

Les jolies rues pavées du centre de la ville, bordées de maisons ­historiques, dont celle de Georges Polland, le capitaine de l’Essex, débouchent un peu plus loin sur l’intime Musée des paniers de bateaux-phares  (nantucketlightshipbasketmuseum.org). Tressés en osier par les marins en mer, ils servaient de feux de ­navigation flottants puis se vendaient au retour comme paniers pour les œufs, ou, ornés de fines sculptures de fanons de baleine, comme cadeaux pour les jeunes filles.

Le port de Nantucket aujourd’hui et 
ses maisons en bardeaux de cèdre qui 
grisonne au soleil et qui doit le surnom 
de Grey Lady à Nantucket.
Photo Natalie Sicard
Le port de Nantucket aujourd’hui et ses maisons en bardeaux de cèdre qui grisonne au soleil et qui doit le surnom de Grey Lady à Nantucket.

New Bedford, The Whaling City (La ville baleinière)

Non loin, New Bedford est l’autre grand centre de l’industrie baleinière de la Nouvelle-Angleterre qui s’est déplacé vers 1860, suite à l’arrivée du chemin de fer qui offrait un accès direct à New York et Boston. Son ­surnom, The Whaling City, lui est resté, même après son déclin, après la découverte du pétrole.

« Call me Ishmael », appelez-moi Ishmael, la première phrase de Moby Dick : c’est à New Bedford que le ­narrateur du roman s’embarque sur le Pequod pour la grande aventure et c’est aussi ici que Melville lui-même, qui a été marin entre 1840 et 1844, monta à bord du Acushnet, le 3 ­janvier 1941. Il y a un banc à son nom à la Seamen’s Bethel, la chapelle des marins, où d’innombrables marins ont prié pour revenir sains et saufs. Une visite incontournable comme le Musée de la baleine (whalingmuseum.org), juste en face.

Le musée de New Bedford et 
la réplique (de moitié réduite) 
du baleinier l’Agora qui mesurait 
60 mètres et dans lequel on peut 
monter pour découvrir la vie à bord.
Photo Natalie Sicard
Le musée de New Bedford et la réplique (de moitié réduite) du baleinier l’Agora qui mesurait 60 mètres et dans lequel on peut monter pour découvrir la vie à bord.

On en fait le tour avec l’un des guides bénévoles qui nous explique avec passion la vie à bord d’un ­baleinier. L’endroit abrite la réplique (réduite de moitié) de l’Agora, de 60 mètres de long, une fascinante ­collection de scrimshaws (des dents de baleines sur lesquelles les marins gravaient des paysages, portraits ou scènes de la vie quotidienne) de même qu’un squelette de baleine bleue de 20 mètres de long....

Le front de mer est aussi à voir ­prolongeant le quartier historique de ce patrimoine fascinant.

Provincetown ou P’town

Avant d’être une ville touristique à la mode, festive, artistique et ­libérée, ­Provincetown fut aussi un port de pêche florissant. De nombreuses familles portugaises y ont émigré pour travailler dans l’industrie de la pêche, bien après que les capitaines de ­baleiniers recrutent des marins aux Açores, le premier arrêt après la traversée de l’Atlantique. Il en résulte que plus de la moitié de la population est d’origine portugaise ; un festival portugais s’y déroule chaque été et s’y trouve une boulangerie et des ­restaurants aux parfums ibériques, dont le Napi’s, une institution.

Si l’époque de la chasse à la baleine est bien révolue, Provincetown reste le point de terre le plus proche dans la région pour observer ces grands mammifères marins, qui, surtout en juillet et août, y sont en grand nombre dans les eaux environnantes, en route vers l’Amérique du Sud.

De nombreuses compagnies offrent des excursions en mer pour admirer des baleines à bosse, baleines franches, rorquals communs et pour sûr des phoques !

Le Provincetown Center for Coastal Studies (coastalstudies.org) un centre qui répertorie, instruit, surveille et soigne ces mammifères est une halte à faire pour en savoir plus.

Infos pratiques

 
NANTUCKET
 
S’y rendre : De Cape Cod, on prend le traversier depuis ­Hyannis avec hylinecruises.com : 1 h de trajet. On peut aussi rejoindre l’île par avion avec Cape Air capeair.com
 
Déguster :
  • Cisco Brewers : Cet endroit réunit une ­microbrasserie, un vignoble et une distillerie. On y déguste leurs ­produits, dont le vin et la vodka à la canneberge. Un food truck offre une variété de mets dont des lobster rolls et des sandwichs aux petits pétoncles frits cultivés dans les eaux environnantes : un délice à déguster avec leur Nantucket Mule, un mix de vodka canneberge et bière au gingembre !
  • B-ACK Yard BBQ. Directement sur le Straight Wharf : un incontournable si vous voulez essayer différents styles de barbecue, mais aussi du homard sous toutes les formes (en salade césar, empanadas, lobster roll, macaroni au fromage, etc.)
  • Dormir : L’hôtel White Elephant, est un hôtel chic aux chambres spacieuses et de bon goût situé sur le front de mer avec une belle plage. Son restaurant, en terrasse avec vue sur le coucher de soleil sur la mer, Le Brant Point Grill, ou BPG, est l’une des meilleures adresses pour une cuisine raffinée de l’île. whiteelephanthotel.com
  • À savoir : L’entrée du Musée de la baleine est 20 $, mais on peut aussi se procurer un billet qui donne accès à d’autres sites historiques, dont la plus vieille maison de l’île datant de 1686.
 
NEW BEDFORD
 
S’y rendre : New Bedford est à une heure de route au sud de Boston et de Cape Cod et se visite facilement en une journée. 
 
Déguster : 
  • Moby Dick Brewing Co. : un élégant bistrot de 4000 pieds carrés avec un menu composé de plats typiques dont la soupe de morue ou de patates douces, des gros pétoncles en salade ou poêlés (New Bedford) et une carte de bières artisanales qui font toutes référence au roman de Melville, avec des noms comme Ishm-ale Ale, Stove Boat Dry Irish Stout ou Simple Sailor American Lager. mobydickbrewing.com
 
PROVINCETOWN
 
Déguster :
  • Napi’s Restaurant : Une superbe salle à manger garnie d’œuvres d’art et de lampes et sculptures Art Deco pour y déguster des spécialités de fruits de mer à la ­portugaise, dont leur fameuse soupe au chou frisé. napisptown.com
  • The Lobster Pot : Un incontournable de tout Cape Cod pour déguster des spécialités locales, homard à toutes les sauces inclus évidemment ! ptownlobsterpot.com
  • Dormir : Eben House, un B & B dans l’ancienne demeure d’un capitaine datant de 1776 avec une déco amusante et éclatée qui fait des clins d’œil à cette époque. Les chambres sont élégantes et douillettes. ebenhouse.com
  • La Route des baleines du Massachusetts : ­whaletrailma.com. Elle relie des sites historiques, d’observation de baleines, des musées, circuits, expériences dans 40 régions différentes. 
  • Pour en savoir plus sur la région : massvacation.com
  • Un guide pratique : le guide Ulysse format poche ­Explorez Cape Cod, Nantucket et Martha’s Vineyard, guidesulysse.com