/weekend
Navigation

Sauter dans le vide à Zoofest

Yves Corbeil Zoofest
Photo courtoisie, Zoofest Yves Corbeil racontera des anecdotes de ses 55 ans de carrière dans le spectacle Les jeux sont faits, tout va bien, à Zoofest.

Coup d'oeil sur cet article

Yves Corbeil ne voulait rien savoir, au début, de monter sur scène à Zoofest pour y faire un spectacle « d’humour ». Mais l’animateur et comédien s’est finalement laissé convaincre. « Ça donne le trac, admet-il. Je me demande pourquoi j’ai accepté ça (rires) ! »

Depuis quelques années, Zoofest invite une personnalité connue à jouer le jeu de l’humoriste, le temps d’un spectacle de la série Ben voyons donc!. Joël Legendre, Annie Brocoli et Anne-Marie Losique se sont prêtés à l’exercice et tous y ont eu du plaisir.

Quand l’organisation l’a contacté, il y a quelques mois, Yves Corbeil n’avait jamais entendu parler du festival, et encore moins de cette série de spectacles inusités. L’animateur avait alors décliné l’invitation.

« Mais on m’a expliqué la formule et j’ai fini par accepter, indique-t-il. Je ne suis pas un humoriste et c’est tout un défi. C’est un terrain glissant, un saut dans le vide. »

Afin d’arriver à surmonter cette montagne, Yves Corbeil s’est dit qu’il verrait ce spectacle comme une façon de raconter 55 ans de vie à la télévision et au théâtre. « J’ai aussi compris qu’il fallait que je sois rapide. Ce n’est pas une conférence non plus. Je n’ai qu’une heure. J’avais tellement d’affaires à dire ! J’en ai enlevé. Je me suis rendu compte que c’était beaucoup plus difficile que je pensais. »

Remonter sur scène

Avec Patrick Rozon, grand manitou de Zoofest, Yves Corbeil passera les prochains jours à peaufiner son spectacle, qu’il ne donnera qu’un soir. « C’est ça qui est le risque et la beauté de l’affaire, dit-il. Mais peut-être que l’aventure va me donner le goût de remonter sur scène. Ça fait au moins trois ou quatre ans que je n’ai pas fait de théâtre. »

Que pense-t-il du milieu de l’humour en ce moment ? « Je trouve que c’est un travail de titan, ce que les humoristes font. Il y a toutes sortes d’humour. Personnellement, il y a un certain type d’humour qui me fait plus rire, quand ça passe par l’absurde. André Sauvé me fait rire bien gros. [...] Faire du stand-up n’est vraiment pas évident. C’est loin du métier d’acteur, où tu te caches derrière un personnage. En stand-up, c’est toi, tout nu. »

Quand on lui demande s’il est une personne drôle dans la vie de tous les jours, Yves Corbeil n’hésite pas avant de répondre : « Pas tellement ! Je suis un gars plutôt sérieux, un gars de famille qui aime faire de la lecture, des mots croisés et jouer au bridge. J’ai hâte de voir comment je serai sur scène. Je serai peut-être comique malgré moi ! »

« Quand tu fais quelque chose comme ça, il faut que tu acceptes en partant de rire de toi et de faire rire de toi, ajoute-t‐il. Quand Les Grandes Gueules s’amusaient de moi, j’ai ri, j’ai eu du fun. Ç’a été la même chose avec la chanson des Denis Drolet, que j’ai trouvée très drôle. Je me suis rendu compte que je projetais une certaine image. »

Trois chocs

Récemment, Yves Corbeil a appris qu’il perdait ses contrats pour Célébration, de Loto-Québec, et Corbeil Électroménagers. « Ç’a été un gros choc pour les deux, dit-il. Le troisième choc a été quand j’ai réalisé que j’aurais 75 ans cette année ! »

Grand-père cinq fois, Yves Corbeil n’a pourtant aucunement l’intention de prendre sa retraite, lui qui dit être en pleine santé et avoir « encore beaucoup de mémoire ». « Je ne me vois pas assis sur mon balcon à ne rien faire. »

Il continue toujours à collaborer avec Loto-Québec pour différents événements. Et le mois prochain, il participera au doublage du film adapté de la série Downton Abbey. « Je double aussi toujours John Goodman et Arnold Schwarzenegger », dit-il.

Pour ce qui est de ses projets à l’automne, il indique ne pas en avoir pour l’instant. « Je vais relaxer, aller sur les courts de tennis. La page est blanche. Je laisse ça de même. »


♦ Le spectacle d’Yves Corbeil, Les jeux sont faits, tout va bien, dans le cadre de la série Ben voyons donc ! à Zoofest, aura lieu le mardi 16 juillet, 19 h, au Théâtre Jean-Duceppe. zoofest.com