/entertainment/feq
Navigation

Un festival de plus en plus vert, sauf pour les bouteilles d’eau

fontaines eau
Photo Simon Clark Le Festival a installé des fontaines d’eau.

Coup d'oeil sur cet article

Les cannettes sont recyclées, la nourriture est compostée et il y a même des arbres qui sont plantés : le Festival d’été fait sa part pour la planète. Mais il refuse pour le moment d’interdire la vente d’eau embouteillée sur ses sites.

C’est sans conteste le règlement le plus impopulaire au Festival d’été depuis son instauration, il y a quelques années : interdiction d’entrer sur les sites avec du liquide, et les gourdes rigides sont prohibées, à la demande de plusieurs artistes.

Question de sécurité, plaide-t-on. On ne veut pas que les gourdes servent de projectiles.

Les options qui restent aux festivaliers : apporter un contenant froissable qu’ils peuvent remplir aux fontaines d’eau sur le site, ou acheter une bouteille d’eau d’un vendeur itinérant.

Pendant ce temps, à l’important festival de Glastonbury, en Angleterre, la vente de bouteilles en plastique à usage unique a été interdite. Les spectateurs ont été invités à apporter leur propre contenant réutilisable ou acheter un bidon en métal sur place. Le Festival de la chanson de Tadoussac a aussi emboîté le pas.

À la recherche d’une solution

Directrice des communications du FEQ, Samantha McKinley affirme que le Festival n’a pas l’intention « pour le moment » d’interdire la vente de bouteilles d’eau.

Par contre, le FEQ pourrait assouplir sa règle concernant les gourdes l’an prochain et les permettre pour quelques soirées.

« Ce ne sont pas tous les artistes qui l’exigent, et il y a un élan avec la question environnementale. C’est peut-être le bon moment pour revoir ces conventions », indique Mme McKinley, en ajoutant que le FEQ aimerait arriver à une solution qui s’applique sur tous ses sites.

Cette dernière fait valoir que des progrès ont été faits, cette année, à place d’Youville et au Cœur du FEQ.

La bière est maintenant vendue à même la canette au FEQ.
Photo Jean-Francois Desgagnés
La bière est maintenant vendue à même la canette au FEQ.

« Auparavant, nous étions tenus de verser la bière dans un verre en plastique, parce que ce sont des sites libres d’accès. Nous avons fait des démarches auprès de la Ville pour changer notre façon de faire. Depuis cette année, on sert la cannette directement. En échange, nous avons mis en place des mesures compensatoires : de nouveaux corridors de circulation, plus d’agents de sécurité et plus d’affichage sur le site pour être sûr que l’alcool ne circule pas sur la voie publique. Ce sont des milliers de verres de plastique de moins qui sont utilisés. »

208 804 cannettes en 2018

Cela s’ajoute à une série d’initiatives mises en place au fil des ans et qui permettent au Festival d’été, qui a mis sur pied son propre comité vert, de se déclarer carboneutre depuis 2014.

Pour compenser les émissions de gaz à effet de serre du FEQ, pas moins de 26 000 arbres ont été plantés. Uniquement en 2018, 208 804 cannettes ont été recyclées. Une machine a même été installée à l’arrière de la scène des plaines d’Abraham pour laver les cannettes trop abîmées ou sales afin qu’elles puissent être expédiées au recyclage.

Des artistes sensibles au gaspillage

La sauvegarde de la planète fait désormais partie intégrante des négociations entre le Festival d’été et les artistes qu’il courtise.

Leurs demandes touchent beaucoup la nourriture, dont ils exigent le compostage, rapporte le FEQ. Neil Young, militant de la cause environnementale, avait été particulièrement exigeant l’an dernier.

Samantha McKinley, du FEQ : « C’est un mouvement. Ils tentent presque tous de faire une tournée verte. Ils ne veulent pas de verres de plastique, mais des cruches d’eau avec des verres réutilisables. Certains vont demander de manger local, de réduire la viande, de privilégier les fruits et légumes en saison et d’éviter le suremballage. Il y en a même qui envoient leurs demandes bien en amont, mais qui nous demandent d’attendre avant d’acheter pour éviter le gaspillage. »