/entertainment/feq
Navigation

FEQ: un retour à la maison chaotique

Le Festival d’été analysera ses procédures avec la Ville après avoir été critiqué pour la soirée de samedi

FEQ: un retour à la maison chaotique

Coup d'oeil sur cet article

Le Festival d’été de Québec (FEQ) ne croit pas avoir annoncé trop tard l’annulation du concert d’Imagine Dragons, mais prend note des critiques reçues à la suite d’une évacuation sous le déluge et la foudre, samedi soir, jugée chaotique par plusieurs festivaliers.

Longue attente pour quitter les festivités, sorties insuffisantes, centre-ville paralysé, files interminables pour monter dans l’autobus... les critiques étaient nombreuses, dimanche, sur les réseaux sociaux.

Il faut dire que les plaines d’Abraham étaient presque à ras bord quand Imagine Dragons a dû battre en retraite après deux chansons, comme les artistes sur les autres scènes. L’orage violent a posé un sacré défi logistique, puisque tout le monde est parti au même moment.

« Nous sommes conscients que le retour à la maison a été difficile », a reconnu Samantha McKinley, directrice des communications du FEQ, dimanche. 

FEQ: un retour à la maison chaotique
Photo Pascal Huot

La direction espérait rencontrer plusieurs intervenants de la Ville, en après-midi, pour « identifier [des] pistes de solution », mais s’est cependant défendue d’avoir pris une décision tardive, disant avoir « suivi à la lettre » son plan d’urgence.

13 minutes

Dans un communiqué, en fin de soirée, samedi, le FEQ évaluait que « l’évacuation complète des sites a été confirmée à 21 h 50 », soit seulement 13 minutes après l’appel à évacuer lancé à 21 h 37. Plusieurs festivaliers ont mis en doute ce délai.

« Dans un monde idéal », l’évacuation aurait commencé plus tôt, soulève pour sa part la météorologue d’Environnement Canada, Amélie Bertrand, puisque l’orage était annoncé et bien visible sur les radars. Une veille d’orages violents avait d’ailleurs été émise dès 19 h 15. La tempête a commencé vers 21 h 30.

« Les gens auraient eu le temps de se mettre à l’abri, cela aurait été moins cacophonique », croit Mme Bertrand, précisant qu’il ne faut pas négliger les risques associés à la foudre et aux vents violents.

Justement, un impact de foudre a été décelé tout près de l’hôtel Delta du boulevard René-Lévesque, à quelques centaines de mètres des festivités. 

Empalé sur une clôture

Finalement, l’orage comme tel n’a fait aucun blessé si l’on fait exception de la blessure d’un festivalier, vraisemblablement causée par son empressement à quitter les plaines d’Abraham. L’homme s’est littéralement empalé une jambe contre une clôture qu’il tentait d’enjamber, près de l’hôtel Le Concorde, à l’extérieur du périmètre des festivités. On ne craint pas pour sa vie.

De son côté, le Réseau de transport de la Capitale (RTC) estime aussi avoir mis tout en œuvre, samedi soir, pour accélérer la montée des passagers. Plus de 10 000 navetteurs se sont présentés, soit « l’une des plus grosses soirées », a souligné sa porte-parole, Brigitte Lemay.

— Avec la collaboration de Cédric Bélanger