/sports/baseball/capitales
Navigation

Souvenir d’un des fondateurs des Capitales

Coup d'oeil sur cet article

Le documentaire Un match (presque) parfait – les Capitales de Québec, réalisé par Marc Durand, a permis à bien des gens de découvrir l’histoire de cette équipe de baseball indépendante, dont la fondation remonte à 1999.

L’un des fondateurs, que nous pouvons apercevoir dans le documentaire, est Jean-François Côté. Il est l’un des précurseurs du projet de renaissance d’une équipe de baseball professionnel dans la Vieille Capitale.

Selon plusieurs, c’est un projet qui paraissait farfelu et inimaginable. C’est finalement l’éditeur du légendaire magazine Baseball America, un certain Miles Wolf, qui rendra possible le rêve de Jean-François Côté et de son ami, André Lachance.

«On a téléphoné au bureau de Baseball America, et on a discuté avec M. Wolf. On voulait lui demander des conseils pour notre projet. Il connaissait le monde du baseball de A à Z, et il était commissaire de la ligue Northern. Finalement, nous avons senti une certaine forme d’intérêt de sa part de s’impliquer dans notre plan de ramener une équipe de baseball à Québec», a raconté M. Côté.

«Nous avons invité M. Wolf une première fois à Québec pour visiter le Stade municipal, sans succès. En 1995, les Diamants de Québec ont fait renaître le Stade, et le projet a pris de l’ampleur. M. Wolf venait faire son tour à l’occasion et il a finalement décidé d’inclure Québec dans son plan d’implanter une division Est dans la ligue où il est commissaire.»

Un appel qui a tout changé!

En juillet 1998, Jean-François Côté a reçu un appel qui a changé sa vie. Celui qui penchait sur l’idée de faire renaître le baseball professionnel à Québec depuis 1992 voyait enfin la lumière au bout du tunnel.

«Je me rappellerai toujours cette journée de la mi-juillet, en 1998. Miles Wolf m’a téléphoné et m’a dit que si j’étais toujours intéressé, il était prêt à lancer son équipe et à m’offrir d’être le premier employé de l’organisation. Il m’a envoyé 5000$ pour lancer la corporation, avoir une ligne téléphonique et faire la base», a souligné M. Côté.

Un recrutement payant

Jean-François Côté n’avait pas encore toutes les connaissances pour gérer à lui seul une concession. Le nouveau propriétaire de l’équipe l’a envoyé faire des formations de la ligue Northern.

«M. Wolf m’a envoyé visiter une équipe à Madison, au Wisconsin. Une formation qui appartenait à Miles Wolf, où évoluaient deux joueurs québécois, Stéphane Dionne et un certain Michel Laplante. Le propriétaire avait déjà pris un arrangement avec eux et dès que leur saison se terminait, ils venaient me rejoindre dans les bureaux du Stade municipal pour lancer la promotion autour de la nouvelle équipe de baseball», a-t-il noté.

Quelques mois plus tard, le 4 juin 1999, les Capitales disputaient le premier match de leur histoire à Québec. Jean-François Côté voyait enfin son rêve se réaliser.