/opinion/columnists
Navigation

Et l’assurance autonomie?

Coup d'oeil sur cet article

Le Journal était un peu déprimant à lire ces derniers jours, alors que l’Institut de la statistique du Québec publiait ses perspectives démographiques jeudi et que nous publiions un dossier sur les maladies dégénératives liées au vieillissement. Le portrait est inquiétant. Dans trois ans, il y aura plus de gens âgés de 65 ans et plus au Québec que de jeunes de moins de 20 ans. En 2036, nos aînés compteront pour 26 % de notre population, soit deux fois plus qu’en 2001. En 2066, il y aura quatre fois plus de personnes âgées de 85 ans et plus et 22 fois plus de centenaires.

Un beau défi

Certaines maladies deviendront de véritables épidémies. De 141 000 cas en 2019, le nombre de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer passera à 260 000 en 2025. Alors qu’on peine déjà à assurer des services acceptables à nos grands-parents, autonomes ou de moins en moins, la demande ne fera qu’augmenter, tandis que nous tenterons de combler l’écart. Pendant ce temps, plusieurs régions verront leur population diminuer, de sorte qu’il sera encore plus coûteux d’y maintenir des services publics. Disons qu’un beau défi se présente devant nous.

Plus coûteux

On avait pourtant eu une idée intéressante, qui fut malheureusement évacuée par la succession des gouvernements. Il s’agit de l’assurance autonomie du Dr Réjean Hébert.

Avant de devenir libéral fédéral, l’ancien ministre de la Santé proposait de réorganiser complètement les services autour du maintien à domicile, là où les personnes en perte d’autonomie sont plus heureuses et moins coûteuses à soigner. L’une des premières décisions du ministre Gaétan Barrette, désireux de centraliser le réseau autour de la profession médicale, fut de mettre fin aux travaux visant à implanter cette nouvelle approche.

À l’époque, on a prétexté que l’assurance autonomie serait trop chère à implanter. Or, il y a de bonnes raisons de croire qu’il sera encore plus coûteux de ne pas le faire.

Ça aurait été bien d’éviter de jeter les aînés avec l’eau du seul bain qu’on leur donne par semaine.