/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Le film le plus dangereux de l’été!!!

Unplanned
Capture d'écran, YouTube Une scène du controversé film Unplanned.

Coup d'oeil sur cet article

Un autre été, une autre controverse.

En 2018, la gauche éclairée voulait nous dicter quelle pièce de théâtre ou quel spectacle aller voir (affaires SLĀV et Kanata). En 2019, les bien-pensants veulent nous dire quel film on peut aller voir (affaire Unplanned).

Selon eux, l’humanité serait menacée parce qu’un film médiocre anti-avortement, dont la bande-annonce est tellement caricaturale qu’elle fait passer Le cœur a ses raisons pour un chef-d’œuvre, est projeté dans les cinémas Guzzo et Cinéplex.

Misère ! La dernière fois que j’ai vérifié, les Québécois et les Québécoises sont bien capables de se faire une opinion par eux-mêmes. Il faut vraiment mépriser le public pour penser qu’il doit se faire dire si un film est bon pour lui.

LA MINISTRE OUTRÉE

Le commentaire le plus stupide que j’ai entendu au sujet de la controverse Unplanned vient de la ministre du Tourisme Mélanie Joly. Celle qui, lorsqu’elle était ministre du Patrimoine, a été incapable de régler intelligemment le dossier Netflix, est outrée que le film s’oppose à l’avortement pour des raisons « morales ».

Heu, comment dire, madame la ministre, ceux qui sont pour l’avortement le sont aussi pour des raisons de morale !

En fait, ce que la ministre nous dit est que la seule morale acceptable pour elle est celle des pro-choix. Personnellement, j’ai un énorme malaise avec les avortements tardifs. Et je connais beaucoup de gens, hommes et femmes, qui sont pour l’avortement, mais qui aimeraient qu’on impose des balises comme dans des centaines d’autres pays.

Sommes-nous tous d’extrême droite ?

Selon la ministre Joly, le film Unplanned est un danger public. Elle le dénonce et en fait une question politique ! Car voyez-vous, le film est montré au Québec par Vincent Guzzo, un vilain monsieur proche des conservateurs. Et les conservateurs sont les ennemis à abattre, à trois mois des élections.

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Faire de la basse politique partisane sur le dos des femmes, ce n’est pas très joli, Mme la ministre.

L’autre argument utilisé par les anti-Unplanned est le fait que ce film soit financé par des militants chrétiens. Quand la vilaine religion catholique veut contrôler le corps des femmes, on la dénonce, mais quand une autre religion veut aussi contrôler le corps des femmes, on se tait ?

Le lobby chrétien qui promeut une idéologie misogyne est horrible, mais au nom du respect de la différence et du « vivre ensemble », on doit se fermer les yeux devant les autres lobbys religieux misogynes ?

Quelle hypocrisie !

L’AVORTEMENT, C’EST COOL

Une dernière réflexion au sujet d’Unplanned (un film que je n’ai aucune intention de voir à moins qu’on me paye un million). Ses opposants affirment que le film ne montre pas la réalité de l’avortement.

Or, dans le film La femme de mon frère, de Monia Chokri, primé à Cannes, on voit Anne-Elisabeth Bossé se faire avorter (pour la deuxième fois) comme si c’était une partie de pique-nique. Après la procédure, elle est « high » sur la morphine et « tripe » tellement que ça a presque l’air attirant. Faut-il accuser Chokri de « propagande » pro-avortement ? Faut-il dénoncer le fait que c’est une image complètement fausse de l’avortement ?

Chokri a bien le droit de faire le film qu’elle veut. Et le public fera la part des choses.