/news/consumer
Navigation

Les hôtes Airbnb font des affaires d’or grâce au FEQ

Ils amassent 2,7 M$, une hausse de 22% par rapport à 2018

Les hôtes Airbnb font des affaires d’or grâce au FEQ
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le Festival d’Été de Québec aura été payant pour les propriétaires louant leur résidence sur Airbnb, eux qui ont engrangé pas moins de 2,7 M$ de dollars en revenus durant les dix jours de l’événement. 

Les chiffres, dévoilés au Journal par Airbnb, font état d’un total de plus de 23 000 visiteurs ayant dormi dans l’un ou l’autre des logements disponibles sur la plateforme.

«C’est une hausse de 22% en comparaison de la même période l’an dernier», explique Alex Dagg, directrice des politiques publiques de la compagnie.

Selon la compagnie, cette hausse est attribuable à plusieurs facteurs, mais le principal serait monétaire.

«Nous offrons généralement une alternative plus économique à la clientèle», souligne Mme Dagg, précisant que le prix médian des locations durant le FEQ était de 123 $ la nuit. «Il est difficile de trouver une chambre d’hôtel décente à ce prix en période de fort achalandage.

L’entreprise dit observer le même genre de phénomène dans d’autres villes canadiennes lors de grands événements, comme le Stampede de Calgary, le Grand Prix de Montréal ou même le parcours en séries des Raptors de Toronto.

«Notre plateforme permet d’offrir plus d’alternatives aux touristes en période de grand achalandage et plusieurs personnes semblent rechercher ce que nous offrons»

À Québec, Airbnb dit avoir organisé l’hébergement de gens originaires de 78 pays et 2185 villes d’origine différents

Grogne des hôteliers

De son côté, l’Association hôtelière de la région de Québec est loin de se réjouir de ces statistiques. Pour la directrice de l’organisme, ces 2,7 M$ de dollars en revenus font perdre beaucoup d’argent à Québec.

«C’est beaucoup d’argent à des gens qui ne paient pas de taxes», insiste Marjolaine de Sa. «Si c’est 2,7 M$ en dix jours de festival, je n’ai pas besoin de vous dire ça représente quoi sur 365 jours.» 

Malgré cette compétition, les hôtels de Québec ont somme toute bien performé durant la période du festival, affichant un taux d’occupation d’environ 85 %. 

«Le FEQ arrive en période estivale, donc ça roule déjà beaucoup dans nos établissements. On devrait conserver un taux d’occupation entre 85 % et 88 % jusqu’à la fête du Travail», confie Mme de Sa, rappelant toutefois le souhait d’équité entre les hôteliers et AirBnb. «On attend impatiemment l’entrée en vigueur de la nouvelle réglementation provinciale».

Nouvelle réglementation

Ce resserrement législatif, annoncé par Québec il y a quelques semaines, obligera l’obtention d’un permis pour tout type de logement collaboratif. Les gens souhaitant quant à eux louer une résidence secondaire devront obligatoirement posséder un permis d’hébergement commercial.

La taxe d’hébergement de 3,5 % sera aussi prélevée. 

«Ça s’enligne vers ce qu’on avait demandé», se réjouit Marjolaine de Sa. «Si tu fais du commercial, tu fais du commercial, that’s it», insiste-t-elle. 

La compagnie Airbnb est toutefois moins chaude à l’idée de voir la réglementation se resserrer sur ses pratiques. Pour la directrice des politiques publiques de l’entreprise, Québec emprunte la mauvaise voie. 

«Nous en avons la preuve avec le Festival d’été, tous ces grands événements nécessitent d’avoir suffisamment d’hébergement pour avoir une industrie touristique en santé. Nous croyons que cette décision du gouvernement provincial pourrait avoir un impact sur l’économie du Québec», nuance Alex Dagg. 

La nouvelle réglementation doit entrer en vigueur à l’automne.