/news/green
Navigation

Québec dévoile les nouvelles zones à risque d’inondation

Le gouvernement a revu sa cartographie après avoir précisé ses observations sur le terrain.

Inondation
Photo d'archives Agence QMI, Steve Poulin La municipalité de Saint-Joseph-de-Beauce a été durement touchée par des inondations en avril dernier.

Coup d'oeil sur cet article

Le ministère des Affaires municipales a revu sa cartographie des zones inondables, délimitant le territoire sur lequel il est interdit de reconstruire à la suite des crues printanières, retirant ainsi 31 municipalités de la zone critique. 

La nouvelle mouture de la zone d’intervention spéciale (ZIS) touchera dorénavant 149 000 propriétés, dont 98 000 résidences, représentant 20% de moins de propriétés que sur la première cartographie, déposée en juin dernier. 

Au total, le nombre de municipalités visées passe de 813 à 783.  

Les résidences visées par la ZIS et les zones inondées par les crues de 2017 et 2019 font ainsi l’objet d’un moratoire interdisant la construction ou la reconstruction d’une résidence détruite par une inondation. 

Cliquez ici pour voir la carte des zones susceptibles d’inondation 

Le gel concernant l’interdiction des travaux est par ailleurs levé. Il concerne toutefois uniquement les résidences où les dommages ne dépassent pas 50% du coût neuf, déterminé par la municipalité.  

Une carte précisée 

Pour expliquer ce changement, le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation affirme avoir «privilégié» les photos aériennes, les «relevés terrain» et les images satellitaires de 2017 et 2019 (années où il y a eu de fortes crues printanières) qui donnaient une «meilleure précision». 

Ce décret tient aussi compte des commentaires recueillis à la suite des assemblées publiques tenues dans 16 régions, lors desquelles 5600 personnes y ont participé. 

Malgré ces changements, les citoyens qui souhaiteraient apporter d’autres modifications à la récente cartographie ont jusqu’au 19 août prochain pour le faire. Le gouvernement déposera ensuite son plan d’action en matière d’aménagement du territoire relatif aux inondations au Québec en décembre 2019. 

  • ÉCOUTEZ l'entrevue de Danielle Pilette, professeure associée au département de stratégie, responsabilité sociale et environnementale de l’École des sciences de la gestion de l’UQAM, à QUB radio:

La situation est toutefois différente pour la ville de Sainte-Marthe-sur-le-Lac, où les résidents conservent le droit de reconstruire leur résidence sur leur terrain qui serait devenu vague au 1er avril 2019. Le gouvernement permet ainsi aux résidents qui auraient fait démolir leur résidence à la suite des récentes inondations de la reconstruire. 

Partout ailleurs, les terrains laissés vagues en zones inondables seront vendus à la municipalité pour la somme de 1$. L’avenir de ces terrains sera précisé dans le futur plan d’action du gouvernement. 

Saint-Joseph-de-Beauce satisfaite 

Durement touchée lors des récentes inondations, la municipalité de Saint-Joseph-de-Beauce voit son territoire visé par la ZIS «grandement diminué», alors que près de 130 résidences et commerces en sont maintenant exclus. «Nous sommes bien contents, la zone était beaucoup trop grande, il y avait beaucoup d’erreurs», affirme le maire, Pierre Gilbert. 

Parmi les modifications importantes faites à Saint-Joseph, M. Gilbert cite notamment l’hôtel de ville, qui est maintenant épargné. «[l’hôtel de ville] n’a jamais été en zone inondable et n’a jamais été inondé. Mais le ministère prenait les adresses d’où provenaient les réclamations pour faire leur carte, alors que nous avions fait des réclamations pour le parc industriel à partir l’hôtel de ville», explique-t-il. 

De son côté, le maire de Beauceville, François Veilleux, qui s’était montré insatisfait de la première cartographie au début du mois, n’a pas souhaité commenter les récentes modifications. Par la voix du coordonnateur aux communications de la municipalité, Paul Morin, il a indiqué vouloir prendre le temps d’analyser la nouvelle carte avant de se prononcer. 

D’ores et déjà, les maires de Saint-Joseph et de Beauceville n’excluent pas la possibilité de signaler d’autres modifications d’ici le 19 août. 

Au printemps dernier, d’importantes inondations ont forcé l’évacuation de plus de 10 000 personnes, aux quatre coins du Québec. 

Les 31 municipalités exclues de la nouvelle carte 

Bas-Saint-Laurent  

  •  Sayabec 
  •  Val-Brillant 
  •  Saint-Gabriel-de-Rimouski 
  •  Saint-Guy  

Saguenay–Lac-Saint-Jean  

  •  Chambord 
  •  Saint-François-de-Sales 
  •  Saint-Prime 
  •  Sainte-Monique 
  •  Saint-Gédéon 
  •  Saint-Henri-de-Taillon 
  •  Saint-Nazaire 
  •  Ville d’Alma 
  •  Ville de Desbiens 
  •  Ville de Métabetchouan–Lac-à-la-Croix 
  •  Péribonka 
  •  Village de Sainte-Jeanne-d’Arc  

Mauricie  

  •  Paroisse de Saint-Maurice 
  •  Paroisse de Saint-Étienne-des-Grès  

Montréal  

  •  Ville de Dollard-Des-Ormeaux  

Outaouais  

  •  Lac-Sainte-Marie  

Abitibi-Témiscamingue  

  •  Paroisse de Saint-Édouard-de-Fabre 
  •  (Ville de) Témiscaming  

Côte-Nord  

  •  Municipalité de L’Île-d’Anticosti  

Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine  

  •  La Martre 
  •  Village de Marsoui  

Lanaudière  

  •  Sainte-Julienne  

Laurentides  

  •  Ville de Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson 
  •  Ville de Blainville 
  •  Ville de Sainte-Thérèse  

Montérégie  

  •  Ville de Saint-Bruno-de-Montarville 
  •  Saint-Polycarpe  

Municipalité ajoutée au décret final  

  •  L’Isle-aux-Coudres 
  •  Ville de Shawinigan