/news/currentevents
Navigation

Un retraité des Hells ramené en taule

Michel Rose a enfreint une condition de sa libération

Hells Angels
Photo d’archives Michel Rose (à l’extrême gauche) et Jean-Richard Larivière (à droite, avec des tatouages) sur cette photo de motards dans le Sud que les policiers ont saisie en 2001. 

Coup d'oeil sur cet article

Un retraité des Hells Angels qui profitait d’une libération conditionnelle est de retour derrière les barreaux parce qu’il a été surpris en compagnie d’un membre de la bande de motards.

Michel Rose a eu le malheur d’être reconnu par un patrouilleur de la police de Repentigny alors qu’il discutait avec le Hells Jean-Richard Larivière le mois dernier, ce qui lui était formellement interdit.

L’ex-motard de 64 ans avait été sommé par la Commission des libérations conditionnelles du Canada (CLCC) d’éviter tout contact avec des individus criminalisés lorsqu’elle lui a permis de retourner vivre chez lui après 15 ans de détention, en 2016.

Le résident de Repentigny, qui a quitté les Hells en 2004, a aussitôt été ramené au pénitencier. Sa libération a été suspendue jusqu’à nouvel ordre pour avoir enfreint cette condition fréquemment imposée par la CLCC.

Lui et « Race » Larivière se connaissent depuis la fin des années 1990. Le premier était alors membre du chapitre d’élite Nomads des Hells alors que le second était son garde du corps et porte-couleurs des Rockers, le club-école des Nomads.

Printemps 2001

Ils ont tous deux été épinglés dans l’opération Printemps 2001, un coup de filet qui a décimé les Hells et incité les motards à mettre fin aux Rockers et au chapitre Nomads formé par leur chef déchu Maurice « Mom » Boucher.

Michel Rose avait écopé de 22 ans d’incarcération, comparativement à 11 ans pour son camarade, après s’être reconnu coupable de complot pour meurtres, de gangstérisme et de trafic de drogue.

Il avait aussi admis avoir participé à l’importation de quatre tonnes de cocaïne en provenance de la Colombie à l’hiver 2001. Dans le milieu policier, on disait de lui qu’il était un millionnaire de la coke.

Rose a aussi fait partie des cibles du tueur à gages Gérald Gallant, qui a commis une quinzaine de meurtres pour le compte des Rock Machine alors qu’ils étaient en guerre contre les Hells.

Devenu délateur en 2006, Gallant a déclaré à la SQ qu’il avait trouvé la maison de ce « très gros importateur » de coke et l’avait suivi en auto sans toutefois mettre son projet à exécution.