/sports/soccer/impact
Navigation

Intensité à la hausse

Après la défaite frustrante de samedi, Rémi Garde a dirigé un entraînement rigoureux

SPO-IMPACT-CONTRE-TORONTO FC
Photo Agence QMI, Toma Iczkovits Daniel Lovitz reconnaît que l’Impact a manqué de combativité samedi contre le Toronto FC.

Coup d'oeil sur cet article

Les partisans avaient le feu au derrière quand ils ont quitté le stade Saputo après le revers de 2 à 0 de l’Impact contre le Toronto FC, samedi. Ils n’étaient pas seuls.

« Les gars étaient furieux, j’adore ça. On devrait tous être furieux », a martelé Daniel Lovitz.

Cette déclaration sans équivoque faisait suite à une séance d’entraînement longue et particulièrement animée au stade Saputo, mardi.

« On retire beaucoup de ces séances d’entraînement. On a vécu des moments comme ça l’an passé et on en est ressortis dans de bien meilleures dispositions mentalement », a insisté Lovitz, qui estime que c’est le standard à adopter.

« On devrait avoir des entraînements comme ça tous les jours. Les gars devraient rivaliser plus fort pour s’assurer que leur nom est sur la feuille de match. »

Orgueil et courage

Saphir Taïder, qui prend de plus en plus de place au sein du groupe de leaders de l’équipe, a parlé d’une intensité qui est très positive.

« C’est un peu plus tendu que d’habitude. Ça fait partie de la vie d’un groupe. Tant mieux, ça montre qu’on n’est pas forcément contents de ce dernier résultat et qu’on a de l’orgueil. »

Le milieu de terrain n’a pas été tendre quand est venu le temps d’analyser la prestation de l’équipe samedi soir.

« Un derby, ça se gagne, surtout devant notre public. Il y avait tout pour faire des points, on n’a pas su faire ce qu’il fallait.

« Il nous a manqué un peu de courage sur le terrain pour aller chercher ce résultat. »

Encore plus

Certes, l’intensité était élevée et certains joueurs ont peut-être mal aux épaules ce matin, mais Rémi Garde estime que c’était le minimum acceptable.

« Ce n’est peut-être même pas suffisant, a laissé tomber l’entraîneur-chef. On a besoin d’intensité aux entraînements.

« J’avais lu d’ailleurs que le coach de l’équipe adverse avait dit la même chose : quand on s’entraîne sans intensité, on joue sans intensité.

« Aujourd’hui [mardi], il y avait un peu plus d’intensité, c’était mieux. »

C’est donc une discipline qui doit s’installer au sein du groupe et le reste va suivre. C’est en tout cas ce que prône Lovitz.

« Nous devons nous présenter avec les meilleures intentions, c’est-à-dire nous améliorer afin de pouvoir gagner, la fin de semaine », a fait valoir le défenseur.

« Je ne crois pas qu’il manque quelque chose, c’est seulement un problème d’exécution et de manque de confiance. Et une façon d’y parvenir, c’est d’aller chercher un résultat à l’étranger ou à la maison. »

Bonne position

Lovitz rappelle que même si l’équipe vient de perdre trois matchs de suite et qu’elle se retrouve désormais en cinquième place dans l’Est après avoir occupé le second rang il y a à peine un mois, elle n’est pas encore dans le pétrin pour autant.

« On a une tonne de matchs à domicile à jouer et nous sommes toujours dans le siège du conducteur. »

Mais pour que ça reste ainsi, l’arrière gauche soutient que tout le monde devra y mettre du sien.

« Nous n’avons pas une formation remplie de vedettes comme certaines qui évoluent au niveau que nous voulons atteindre.

« Pour atteindre cet objectif, nous comptons sur un collectif où tout le monde travaille fort et fait sa part. »