/sports/soccer
Navigation

Soccer féminin: bisbille dans le camp américain

Soccer féminin: bisbille dans le camp américain
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Quelques jours après avoir remporté la Coupe de monde de soccer féminin, l’Américaine Ashlyn Harris a critiqué sa compatriote Jaelene Hinkle, l’accusant d’avoir tenu des propos homophobes.

Invitée à représenter son pays en 2017 lors de deux matchs amicaux, Hinkle avait finalement décliné l’invitation après que la formation eut annoncé son appui à la communauté LGBTQ en utilisant des chiffres aux couleurs du drapeau arc-en-ciel.

Elle avait commenté la situation au cours d’une entrevue avec le réseau religieux CBN qui a refait surface sur les médias sociaux.

«J’étais tellement convaincue dans mon esprit que ce n’était pas mon travail de porter ce chandail, avait à l’époque affirmé la joueuse de 26 ans. Je me suis donné trois jours pour prier Dieu et déterminer ce qu’il me demandait de faire dans cette situation.»

«J’ai essentiellement laissé tomber le rêve que les petites filles caressent toute leur vie. C’était très décevant. Mais la déception a fait place à la paix d’esprit, puisque je savais que je faisais la bonne chose, que j’étais obéissante.»

Harris réplique

Ayant participé à la conquête américaine à titre de gardienne, Harris n’a pas hésité à lancer une flèche à Hinkle par l’entremise de son compte Twitter, lundi, niant toute affirmation selon laquelle les chrétiens n’étaient pas les bienvenus dans l’équipe.

«Hinkle, notre équipe est inclusive. Ta religion n’a jamais été le problème. Le problème est ton intolérance et tu es homophobe, a écrit Harris. Tu ne mérites pas de pratiquer un sport qui prône l’unité et qui rassemble les gens.»

«Comment oses-tu dire que notre équipe “n’accueille pas les chrétiens”? Tu n’en as pas fait partie assez longtemps pour savoir ce que l’équipe représente. C’est en fait une insulte aux chrétiens de notre équipe.»

En défaisant les Pays-Bas au compte de 2 à 0 au Parc olympique lyonnais, le 7 juillet dernier, les États-Unis ont été sacrés champions pour une quatrième fois et lors d’un deuxième Mondial consécutif.