/entertainment/comedy
Navigation

Yves Corbeil montre ses couleurs à Zoofest

L’animateur a présenté un spectacle dans la série Ben voyons donc!

Coup d'oeil sur cet article

C’est maintenant une tradition à Zoofest. Chaque année, une personnalité s’essaie pour la première fois à l’humour. Après Joël Legendre, Annie Brocoli et Anne-Marie Losique, c’était au tour d’Yves Corbeil de jouer les comiques, mardi soir.

On ne critique pas les spectacles de la série Ben voyons donc ! comme d’habituels spectacles d’humour. Yves Corbeil, comme ses prédécesseurs, n’a pas rodé son matériel et il n’avait qu’un seul et unique soir pour démontrer ses talents d’humoriste. Il faut bien sûr se montrer indulgent.

Déjà, en entrevue, l’animateur mentionnait qu’il voyait ce spectacle nommé Les jeux sont faits, tout va bien, comme une façon de raconter ses 55 ans de carrière, sans vouloir faire rire à tout prix. « Si je suis comique, ce sera malgré moi ! », avait-il lancé.

Sympathique

Mardi, Yves Corbeil a souvent été sympathique, à l’image de l’animateur qui a fait la pluie et le beau temps avec Loto-Québec, mais il a aussi beaucoup manqué de concision.

Une vidéo rétrospective montrant quelques moments marquants de sa carrière (Roue de fortune, Peau de banane, Fais-moi un dessin, etc.) a pourtant très bien commencé la soirée.

Après avoir évacué une nervosité évidente en lever de rideau, où il cherchait un peu son souffle, Yves Corbeil a peu à peu pris ses aises. Il a raconté avoir vécu trois durs coups dernièrement avec la fête de ses 75 ans puis la perte de ses contrats avec Corbeil Électroménagers et Loto-Québec.

Qu’a-t-il fait pour s’en remettre ? Il a consulté. Mardi, sa psy a pris les traits... de Louise Deschâtelets, sa fameuse partenaire de Peau de banane. L’interprète de Simone Saint-Laurent a même fini son passage sur scène par son mémorable « Sainte-Fesse ! ».

Manque de rythme

Le spectacle était bien commencé. Le rythme a toutefois grandement souffert par la suite quand Yves Corbeil est revenu sur son enfance, puis sur ses débuts au théâtre. Les longueurs se sont malheureusement accumulées et on sentait le spectacle s’étirer à n’en plus finir.

Au bout de 75 minutes, la durée que devait avoir initialement le spectacle, Yves Corbeil n’était rendu qu’à raconter sa période Peau de banane, qui a été diffusée de 1982 à 1987. On n’était pas sorti de l’auberge !

Le spectacle a pris un nouveau souffle lors du bloc sur le doublage avec l’arrivée de Joël Legendre. « T’as toujours été bon pour doubler des acteurs poches ! », a lancé Legendre à Corbeil, qui fait notamment les voix de John Goodman et Arnold Schwarzenegger au cinéma.

Après un dernier segment sur Loto-Québec, le spectacle s’est terminé par une très belle surprise avec Les Pic-Bois, qui ont chanté avec une chorale la célèbre chanson Yves Corbeil, des Denis Drolet. Une finale parfaite pour un spectacle qui aurait toutefois vraiment gagné à être resserré.