/misc
Navigation

Des «Games of Thrones» destinés aux enfants

WE 0413 DOSSIER TÉLÉ
Game of thrones
Photo courtoisie, HBO

Coup d'oeil sur cet article

Game of Thrones a reçu 32 nominations, pour les Emmy Awards, dont celle pour la meilleure série dramatique. C’est le plus grand nombre de nominations de l’histoire des Emmy. Le public en raffole. Cette série n’est qu’une suite choquante de tortures et de brutalités sanguignolentes entrelacées de conspirations politiques et de dragons. La violence répétitive exercée sur les personnages féminins sert simplement de toile de fond aux intrigues opposant les personnages masculins.  

L’hyperviolence du monde du divertissement n’est pas seulement réservée aux adultes. Elle est omniprésente depuis longtemps dans les productions destinées aux enfants.   

Ne laissez pas les couleurs vives, les lapins qui parlent et les chansons mignonnes vous tromper: les films d’animation américains pour enfants sont aussi horribles que n’importe quel film pour adultes. Les voix amusantes des petits personnages bizarres et des animaux rigolos font oublier que ces dessins animés produits aux États-Unis comportent souvent les scènes de mort les plus violentes du monde du divertissement. Au fil des ans, des centaines de meurtres, de mutilation, de défenestration, de pulvérisation, de strangulation ont été ignorés parce qu’ils sont commis dans des dessins animés par des personnages sympathiques et bouffons comme Tom & Gerry, Bugs Bunny ou l’indestructible Wile E. Coyote qui soumet ses adversaires aux pires supplices.   

Selon les docteurs Ian Colman et James Kirkbride, auteurs principaux d’une étude intitulée Cartoons Kill publiée dans le British Medical Journal, les personnages de dessins animés pour enfants sont confrontés à l’horreur, au meurtre et au chaos comme le sont ceux des dramatiques destinées aux adultes.   

La production télévisuelle destinée aux enfants de moins de sept ans a les niveaux de violence les plus élevés. Ces deux chercheurs enregistrent 26 actes d’agression à l’heure contre 5 dans des émissions destinées au grand public. Et ils découvrent que les enfants s’identifient à des personnages fantastiques violents tout autant qu’ils le feraient avec des acteurs de l’écran.   

L’équipe de Colman et Kirkbride a étudié les 135 films américains les plus lucratifs depuis 1937 – 45 films d’animation pour enfants et 90 films destinés aux adultes pour voir quel genre représentait plus de violence. Les résultats donnent une image abominable de certains des films pour enfants les plus appréciés de l’histoire.   

Certains des films d’animation les plus aimés depuis la sortie de Blanche-Neige en 1937 sont en fait répugnants. «Nous avons constaté qu’un personnage important est deux fois et demie plus susceptible de mourir dans les dessins animés pour enfants que dans les dramatiques pour adultes», déclare Colman. Et que ces personnages sont souvent tués de façon brutale et dramatique. Lorsqu’un décès survient, il est 2,8 fois plus susceptible d’être un meurtre dans les films d’animation pour enfants et la victime est cinq fois plus susceptible d’être un parent.»   

Dans leur analyse, Colman et son collègue décrivent également la rapidité avec laquelle un personnage important est tué dans un film d’animation pour enfants. Le record de la mort la plus rapide est détenu par Finding Nemo, où la mère de Nemo – et des dizaines de ses frères et sœurs – est massacrée par un barracuda vicieux quatre minutes après le début du film. Assassinats par armes à feu ou à coups de couteau et autres violences notables se retrouvent dans La Belle au bois dormant, La Petite Sirène, Bambi, Peter Pan et Pocahontas.