/news/green
Navigation

Des goélands qui dérangent à Baie-Comeau

Coup d'oeil sur cet article

BAIE-COMEAU | Produits forestiers Résolu continue de dépenser «plusieurs milliers de dollars chaque année» à Baie-Comeau pour se débarrasser des goélands qui vont se nicher sur le toit de son usine.

Quand les centaines de goélands effrayés par une fusée sonore fuient l’usine de Produits forestiers Résolu, il faut rester sur ses gardes selon une employée de la Société des parcs de Baie-Comeau.

«Quand ils font le pow pow, c’est des centaines de goélands. Ça fait caca partout. Tu veux vraiment pas être à côté», a-t-elle dit mercredi à TVA Nouvelles.

C’est que chaque année, plusieurs centaines de goélands choisissent de faire leur nid sur les toits de l’usine de Produits forestiers Résolu, en plein centre-ville.

«Comme tout être vivant, ça a des besoins. Malheureusement, ces besoins se retrouvent sur la toiture, sur les équipements et, des fois, ça se retrouve sur les citoyens au centre-ville de Baie-Comeau», a dit le directeur aux affaires publiques de Produits forestiers Résolu, Karl Blackburn.

Pour les effrayer, l'entreprise utilise des fusées sonores, des oiseaux de proie artificiels et des employés enlèvent même les nids.

«Malgré toutes les mesures, ils reviennent. C’est une espèce d’oiseau, semble-t-il, très intelligente. C’est une espèce d’oiseau qui est protégée par la loi fédérale, donc on ne pourrait pas les exterminer», a ajouté Karl Blackburn.

La problématique est si importante qu’une majorité de commerçants du centre-ville paient une cotisation à la Ville de Baie-Comeau pour nettoyer les toits.

«On parle d’un nettoyage général, qui enlève peut-être l’intérêt pour un goéland de s’installer au printemps pour faire son lit», a précisé le coordonnateur aux communications de la Ville de Baie-Comeau, Mathieu Pineault.

La bonne nouvelle dans tout ça, c’est que selon Produits forestiers Résolu, la période de nidification des goélands tire à sa fin et on devrait voir leur nombre diminuer au cours des prochaines semaines.