/news/politics
Navigation

Trudeau accueille le président de l'Union européenne à Montréal

Coup d'oeil sur cet article

Le premier ministre Justin Trudeau a accueilli mercredi le président de l'Union européenne (UE), Donald Tusk, à Montréal, à l'occasion du Sommet Canada-Union européenne. 

Les deux hommes ont notamment visité en après-midi le port de Montréal en compagnie de la commissaire européenne au Commerce, Cecilia Malmström, et du ministre de la Diversification du commerce international, Jim Carr. 

Une réception en l'honneur des délégués européens s'est aussi tenue en soirée au Salon 1861. 

Le sommet vise à permettre aux dirigeants canadiens et européens de discuter d'une foule d'enjeux, au premier plan le commerce et la ratification formelle de l'Accord économique et commercial global (AECG) entre le Canada et l'UE. Cet accord, conclu en 2017, est présentement appliqué provisoirement. 

«L'AECG est entré en vigueur en septembre 2017 et, déjà, le commerce entre le Canada et l'Union européenne s'est accru de 8 %», s'est d'ailleurs enthousiasmé Justin Trudeau lors de la réception, mercredi soir. 

De son côté, le président Tusk a encensé la politique étrangère du gouvernement libéral. «Le Canada est revenu en politique internationale avec style [...]. C'est bien de vous avoir à nos côtés», a-t-il dit. 

Encore du travail 

Si le Canada et l'Union européenne s'accordent pour promouvoir le libre-échange, il reste encore du travail à faire pour les deux partenaires. 

La ratification de l'accord par les différents pays de l'Union européenne se heurte à différents écueils. Mercredi, les députés français devaient se prononcer sur la question à l'Assemblée nationale, mais le vote a finalement été remis à mardi prochain après de vifs débats entre partisans et opposants au traité de libre-échange. 

Outre le commerce, la question de l'environnement et de la mise en œuvre de l'Accord de Paris sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre est au menu des débats du sommet. Le Canada et l'UE doivent aussi discuter de politique étrangère en abordant les cas de l'annexion de la Crimée par la Russie, du nucléaire iranien, de la crise au Venezuela et de la situation en Syrie