/sports/golf
Navigation

La royauté irlandaise

GOLF-OPEN-BRITAIN
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

PORTRUSH, Irlande du Nord | Par son herbe vert émeraude, ses points de vue spectaculaires sur l’Atlantique Nord et sa beauté austère, le Dunluce Links est un véritable joyau royal.  

Son élégante beauté laisse toutefois le pavé à une rude brute quand le vent du large souffle et que la pluie battante s’invite dans la partie. C’est d’ailleurs un aperçu des prévisions météorologiques des quatre prochains jours.  

Il y a 68 ans que Royal Portrush n’avait pas accueilli l’Omnium britannique. À son unique passage en Irlande du Nord en 1951, le vétéran de la Seconde Guerre mondiale Max Faulkner l’avait emporté, alors que les grosses pointures américaines étaient demeurées aux États-Unis pour participer au Championnat de la PGA.  

Les efforts de lobbying des golfeurs vantant les mérites de Portrush depuis plus d’une dizaine d’années ont finalement porté leurs fruits. Avec l’ouverture du Royal and Ancient (R&A) et l’appui des autorités gouvernementales, le club a obtenu la confirmation qu’il recevrait le grand tournoi britannique il y a quatre ans.  

Cure de jouvence  

Le vieux parcours de Dunluce devait être en mesure d’accueillir les imposantes infrastructures comme les vastes gradins emblématiques du 18e trou et tous les pavillons corporatifs. Il devait aussi subir une cure de rajeunissement.  

Ainsi, des architectes ont reculé quelques tertres de départ, ils ont ajouté des fosses de sable à des endroits stratégiques en tenant compte de la nouvelle réalité du golf, en plus de dessiner deux nouveaux trous : le 7e, une redoutable normale 5 de 592 verges, et le 8e, une normale 4 de 434 verges.  

Ils ont aussi condamné l’ancien 17e trou en y établissant le village des spectateurs, le remplaçant par l’original 15e trou. Et ils ont déplacé l’intimidante normale 3 de 236 verges surnommée Calamity Corner dans la 16e case de la carte de pointage. Avec ce surnom diabolique, tout porte à croire que bien des golfeurs y ont bousillé de bonnes rondes. 

Bref, avec des investissements chiffrés en millions de livres sterling, tout est possible. C’est comme si on avait poli un diamant. 

La dernière ligne droite promet de véritables rebondissements si le tableau principal est congestionné en ronde finale. Une conclusion dramatique digne de l’Open.  

À éviter à tout prix 

Le Dunluce Links propose une variété de courts et longs trous, plus faciles et plus difficiles, où tant la créativité que l’audace sont récompensées. Il faut toutefois se méfier des profondes fosses bordant les allées et protégeant les verts aux tabliers abrupts. Un jeu court à point sera un gage de réussite pour retrancher les coups à la normale. 

« À plusieurs endroits, on peut défier une fosse depuis le tertre, mais il faut toujours prévoir la fosse suivante. Il y a toujours un endroit précis où il faut frapper, a signalé Rory McIlroy, qui détient le record du parcours avec sa carte de 61 (-11) en 2005 quand la normale était fixée à 72.  

« C’est un parcours flexible selon les vents, a-t-il ajouté. On peut utiliser un bois de départ du tertre et, le lendemain, choisir un fer. »  

À plusieurs endroits, les vents dominants dicteront la stratégie à adopter, surtout sur les trous crochetés. Une erreur de quelques verges en tentant de survoler un coin peut causer bien des dommages. 

« En réalité, il y a quatre nouveaux verts, une douzaine de nouvelles fosses et six nouveaux tertres, mais 85 % du parcours reste le même, a précisé Graeme McDowell, qui a grandi à Portrush en y jouant toute sa jeunesse. On ne perd pas la mémoire sur les bonds et les réactions de la balle par ici.  

GOLF-OPEN-BRITAIN
Photo AFP

« Jusqu’à aujourd’hui (mercredi), les gars n’avaient pas profité des meilleures journées de préparation, a-t-il ajouté en regard aux conditions climatiques hasardeuses venant de la pluie forte et des vents.  

« C’était calme depuis le week-end avec le soleil et les vents légers, a ajouté le sympathique Nord-Irlandais. Aujourd’hui (mercredi), ils ont vu le vrai visage du Royal Portrush. » 

Météo capricieuse 

Les rafales transversales soufflant à 50 km/h ont donné un bon aperçu du défi se profilant à l’horizon. Durant une bonne partie de l’après-midi, il tombait des chaudières d’eau sur la petite ville de 7400 habitants. 

En fin de soirée mercredi, les prévisions annonçaient des précipitations durant toute la ronde initiale avec des rafales de vent soufflant de 30 à 40 km/h, alors que le mercure ne devrait pas dépasser 17o Celsius. Vendredi, le temps serait plus calme, malgré les averses. 

► Le club a reçu sa distinction royale du duc de York en 1892. 

Les départs à surveiller 

8 h 04 : Brooks Koepka, Louis Oosthuizen, Shubhankar Sharma (heure de l’Est) 

9 h 59 : Dustin Johnson, Jason Day, Keegan Bradley 

10 h 21 : Matt Kuchar, Jon Rahm, Patrick Cantley 

 

Terrain : Royal Portrush, Dunluce Golf Links  

Lieu : Portrush, Comté d’Antrim, Irlande du Nord 

Architecte : Harry Colt (1888) 

Champion en titre : Francesco Molinari 

7344 verges | Par 71 

Aller : 3680 verges 

Retour : 3664 verges 

Bourse totale : 10,75 M$ 

Meilleur score en 1re ronde : 65 | Louis Oosthuizen à St Andrews en 2010 

Édition de l’Open comptant le plus de rondes sous 70 depuis 1946 : En 1994 à Turnberry, il s’était joué 148 rondes 

Plus long trou d’un coup depuis 1981 : 212 verges par Frank Licklitter II au Royal Lytham & St Annes en 2001 

Nationalité ayant remporté le plus d’Opens : Grande-Bretagne et Irlande avec 39 victoires 

11 : À Turnberry en 1986, Greg Norman en a vu de toutes les couleurs. Démarrant avec une ronde de 74 (+4), il a enchaîné avec un score de 63 (-7) avant d’ajouter un autre 74. Les 11 coups de différence entre chaque ronde sont un record. Le « Requin blanc » a tout de même gagné par cinq coups. 

Les trous

1 - Hughies

GOLF-OPEN-BRITAIN
Photo courtoisie

Par : 4 | Verges : 421

Précision nécessaire du tertre pour éviter les fosses de chaque côté de l’allée placées à 271 et 277 verges. 

2 - Giant’s Grave

GOLF-OPEN-BRITAIN
Photo courtoisie

Par : 5 | Verges : 574

L’aigle est possible avec un excellent coup de départ. Les trois fosses à la gauche de l’allée à 70 verges du vert changent la stratégie à adopter.

3 - Islay

GOLF-OPEN-BRITAIN
Photo courtoisie

Par : 3 | Verges : 177

Vue magnifique sur l’océan et les îles au large. Un coup précis au centre du vert ondulé vers l’extérieur assure un roulé. Sinon, ce sera une difficile approche coupée. 

4 - Fred Daly’s

GOLF-OPEN-BRITAIN
Photo courtoisie

Par : 4 | Verges : 482

Les piquets hors limite à la droite de l’allée forcent un coup de départ vers la gauche, où deux fosses sont en jeu selon les vents.

5 - White Rocks

GOLF-OPEN-BRITAIN
Photo courtoisie

Par : 4 | Verges : 374

Point de vue spectaculaire sur l’eau et les centaines de collines. Les piquets hors limite quelques verges derrière le vert seront vites en jeu avec les vents.

6 - Harry Colt's

GOLF-OPEN-BRITAIN
Photo courtoisie

Par : 3 | Verges : 194

Aucune fosse autour du vert se défendant par ses ondulations prononcées. Il faut éviter les coups trop courts. 

7 - Curran Point

GOLF-OPEN-BRITAIN
Photo courtoisie

Par : 5 | Verges : 592

Nouveau trou sculpté dans les dunes bordant l’océan. Tertre surélevé avec une fosse en jeu à 310 verges. La direction des vents déterminera la tactique.

8 - Dunluce

GOLF-OPEN-BRITAIN
Photo courtoisie

Par : 4 | Verges : 434

Ce léger crochet vers la gauche tente les golfeurs à survoler les dunes. Une approche à la gauche du vert est hasardeuse.

9 - Tavern

GOLF-OPEN-BRITAIN
Photo courtoisie

Par : 4 | Verges : 432

Trou le plus difficile sur la carte des membres du club. Allée inclinée vers la gauche. La précision doit l’emporter sur la puissance.

10 - Himalayas

GOLF-OPEN-BRITAIN
Photo courtoisie

Par : 4 | Verges : 447

Crochet vers la droite demandant un long coup de départ de 340 verges pour apercevoir le fanion. Vert étroit et profond de 44 verges.

11 - PG Stevenson’s

GOLF-OPEN-BRITAIN
Photo courtoisie

Par : 4 | Verges : 474

Le coup de départ le plus difficile au golf selon plusieurs en raison de l’allée très étroite. Vert surélevé rejetant toute balle courte.

12 - Dhu Varren

GOLF-OPEN-BRITAIN
Photo courtoisie

Par : 5 | Verges : 532

Les fosses à la droite de l’allée à 290 et 320 verges sont à éviter. Vert disposé sur trois paliers atteignable au 2e coup en évitant le ruisseau à la droite.

13 - Feather Bed

GOLF-OPEN-BRITAIN
Photo courtoisie

Par : 3 | Verges : 194

Cinq fosses bordent le vert incliné vers l’arrière. Une position de fanion à l’avant sera délicate à approcher.

14 - Causeway

GOLF-OPEN-BRITAIN
Photo courtoisie

Par : 4 | Verges : 473

Une fosse a été ajoutée dans l’allée. La difficulté est à l’approche du vert surélevé, où se trouve au centre un monticule.

15 - Skerries

GOLF-OPEN-BRITAIN
Photo courtoisie

Par : 4 | Verges : 426

Le choix de bâton au tertre déterminera la stratégie dans une allée ascendante. Le petit vert protégé par deux fosses exige précision à l’approche. 

16 - Calamity Corner

GOLF-OPEN-BRITAIN
Photo courtoisie

Par : 3 | Verges : 236

Tout peut s’y jouer dans la dernière ligne droite. L’œil est attiré par le « ravin » de 50 pieds à la droite du vert surélevé. 

17 - Purgatory

GOLF-OPEN-BRITAIN
Photo courtoisie

Par : 4 | Verges : 408

Avec la pluie, il sera difficile d’atteindre le vert depuis le tertre. L’allée inclinée à partir de 300 verges amènera les balles à une cinquantaine de verges de la surface.

18 - Babington’s

GOLF-OPEN-BRITAIN
Photo courtoisie

Par : 4 | Verges : 474

Le bois 1 sera tentant au tertre pour apercevoir le fanion au second coup selon la direction des vents.