/entertainment/celebrities
Navigation

L’application qui vous vieillit revient en force!

L’application qui vous vieillit revient en force!

Coup d'oeil sur cet article

L’application FaceApp, qui propose de modifier certains de vos traits, fait de nouveau le tour du web ces dernières heures.

L’application, créée en 2017, propose entre autres de vous «vieillir», et des milliers d’internautes, dont de nombreuses personnalités publiques, se sont prêtés au jeu.

 

 

Certains experts mettent toutefois le public en garde contre des problèmes de sécurité liés à l’application qui a vu le jour en 2017.

FaceApp pourrait offrir un accès permanent à vos photos.

 

Voir cette publication sur Instagram

2059.

Une publication partagée par Etienne Boulay (@etienneboulay22) le

 

Parmi les clauses d’utilisation de l'application, l'une fait sourciller: l'on pourrait  accéder à vos photos, les stocker et les utiliser, sans votre permission. La clause est contenue dans les conditions d’utilisation, que l'on peut lire avant de télécharger l’application, rapporte MailOnline.

 

 

Aussi est-il difficile de donner un consentement parfaitement éclairé lors d’une première utilisation.

 

Voir cette publication sur Instagram

M Lafortune ...

Une publication partagée par Charles Lafortune (@charleslaf) le

 

TRÈS EFFICACE

Le service gratuit utilise l'intelligence artificielle pour modifier une photo de votre visage ou de celui d’un ami.

 

Voir cette publication sur Instagram

J’veux jouer dans des films...

Une publication partagée par Jean-François Breau (@jfbreau) le

 

L’application peut également changer la couleur de vos cheveux, vous permettre de voir à quoi vous ressembleriez avec une barbe, changer votre sexe ou même vous rajeunir.

 

 

FaceApp est actuellement l'une des applications les plus téléchargées pour iOS et Android.

Depuis mardi, les publications de photos modifiées par FaceApp ont envahi les réseaux sociaux, comme un virus devenu presque incontrôlable.

 

 

James Whatley, un stratège spécialiste de la question, a fait part de ses inquiétudes sur Twitter.

«Vous accordez à FaceApp une licence perpétuelle, irrévocable [...] sans redevances [...] pour utiliser, adapter, publier, distribuer votre contenu d'utilisateur [...] dans tous les formats multimédia [...] lorsque vous publiez ou partagez.»

Cela ne vous indemnisera pas non plus pour ce contenu et conservera l'image longtemps après que vous aurez supprimé l'application.

Les utilisateurs de Twitter ont également souligné les origines russes de l'application – FaceApp appartient à une société, Wireless Lab, basée à Saint-Pétersbourg.

LES DÉVELOPPEURS SE FONT RASSURANTS

FaceApp a publié ce matin un communiqué dans lequel on explique comment sont traitées les données recueillies par l'application, communiqué relayé par Chris Stokel-Walker, journaliste spécialisé en technologies.

Les développeurs affirment faire preuve de transparence en expliquant qu’ils ne téléchargent que la photo sélectionnée par l’utilisateur.

Ils admettent conserver cette photo, mais uniquement pour éviter de voir la même photo téléversée plusieurs fois. La photo est ensuite effacée 48 heures plus tard.

Les utilisateurs qui veulent voir leur image disparaître de leurs serveurs n’ont qu’à en faire la demande, affirment-ils.

Contrairement à d’autres applications, celle-ci ne requiert pas de l'utilisateur qu'il se connecte à ses comptes d’autres médias sociaux pour accéder à la plateforme, ce qui permet d’éviter la surveillance ou le suivi d'applications tierces.