/opinion/blogs/columnists
Navigation

Oser parler d'immigration. Trois questions à Jacques Houle.

Jacques Houle brise un tabou

Oser parler d'immigration. Trois questions à Jacques Houle.
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Les éditions Liber ont publié ce printemps un petit livre d’une importance fondamentale, consacré à la question de l’immigration au Québec (je précise que j’ai eu le bonheur de le préfacer). L’auteur, Jacques Houle, parle clairement, et sans édulcorer son propos. Le titre de son livre est clair : Disparaître? Il pose la question de l’immigration du point de vue de l’avenir du peuple québécois, comme on l’a longtemps fait, d’ailleurs, avant que la rectitude politique ne la mine et la rende explosive. On résumera son propos ainsi : Jacques Houle plaide pour une réduction significative des seuils d’immigration. 

Sans surprise, l’ouvrage a suscité très peu d’échos médiatiques. À moins que je ne me trompe, Radio-Canada, La Presse et Le Devoir n’en ont rien dit. À la radio non plus, on en a très peu parlé. Que faut-il comprendre de ce silence? Est-ce que nos grands médias préfèrent faire taire certaines voix, qui viennent troubler l'idéologie dominante? Ce serait très étonnant... 

Quoi qu’on en dise, une censure pèse encore sur cette question. Cela n’a pas empêché ce livre de trouver son public en librairie, ce qui témoigne de l’intérêt que suscite la question de l’immigration chez les citoyens les plus éclairés, habités par la chose publique. Pour mieux comprendre la perspective de l’auteur, je lui ai posé trois questions, qui vont au cœur de son propos. 

***

Mathieu Bock-Côté : Dans votre ouvrage, vous accordez une grande importance au poids démographique de la majorité historique francophone au Québec. Vous notez que depuis un siècle, elle était parvenue à se maintenir en haut de 80% de la population mais que depuis les années 2000, elle régresse. Que s’est-il passé exactement? Et en quoi cette régression démographique est-elle inquiétante?

Jacques Houle: Tout d’abord, je me permets de rappeler une évidence historique: tous les peuples peuvent mourir. Si le peuple romain, qui a dominé le monde pendant des siècles, a péri, nul doute que le peuple québécois si fragile, pourrait disparaître à son tour si sa majorité de langue maternelle française devait continuer sa régression démographique. D’autant plus, qu’au rythme actuel de sa décroissance, la majorité historique francophone pourrait passer sous la barre des 50% au cours du siècle; c’est à dire demain, à l’échelle de l’histoire. D’ailleurs, sur l’Île de Montréal, les francophones sont désormais minoritaires et les non-francophones majoritaires.  

Parmi les premières causes de ce suicide collectif, un taux d’immigration parmi les plus élevés au monde: plus de 50,000 nouveaux immigrants en moyenne par année; 500,000 immigrants reçus de 2009 à 2019. 

En devenant minoritaires sur l’unique territoire où ils étaient précédemment majoritaires, les francophones perdraient la direction politique du gouvernement québécois, leur État national. En effet, la perte de poids démographique a nécessairement comme conséquence une perte correspondante d’influence politique. Et, avec l’avènement d’une députation majoritairement issue de circonscriptions à dominante non francophone, il tombe sous le sens que les Québécois de langue maternelle française confieraient ainsi leur destin économique, social et culturel à une nouvelle majorité non francophone qui, de toute évidence, se rallierait à la norme culturelle anglo-américaine dominante. En d’autres mots, la disparition d’une majorité francophone sonnerait le glas de la seule nation française en Amérique du Nord.

MBC. Que penser de l’argument repris en boucle par la droite patronale selon lequel le Québec serait en pénurie de main d’œuvre et devrait pour cela maintenir les seuils d’immigration actuels, et peut-être même les augmenter?

JH. L’argument sur la pénurie de main-d’œuvre est un prétexte utilisé par un certain nombre d’employeurs rétrogrades pour masquer leur difficulté de recrutement causée par des conditions de travail non compétitives. La solution réelle à leurs difficultés à combler les postes vacants serait donc de passer par une amélioration des conditions de travail et non par le recrutement d’une main-d’œuvre étrangère obligée d’accepter des conditions de travail inacceptables pour les natifs qu’ils soient de souche ou issus de l’immigration plus ancienne. 

Selon une étude récente de l’Institut de la Statistique du Québec, les professions les plus en demande sur le marché du travail sont celles de serveurs-serveuses, de vendeurs-vendeuses et de manœuvres d’usines. Et, soulignons justement que les salaires qui leur sont offerts sont inférieurs à 15$ de l’heure, des salaires de misère. Autre observation cruciale qui en dit long sur l’origine de prétendus pénuries de main-d’œuvre, c’est que 33% des postes vacants n’exigent aucune scolarité minimale.

En outre, en misant sur une main-d’œuvre immigrée disposée à accepter de bas salaires, on encourage ainsi les entreprises à reporter les investissements dans la modernisation de la machinerie et dans l’automatisation de la production, lesquelles mesures sont nécessaires pour augmenter la productivité.

Bref, le maintien de seuils d’immigration élevés est un remède imaginaire qui ne règle pas les problèmes de recrutement causés par des conditions de travail médiocres, qui ne rajeunit pas la pyramide des âges, et qui n’enrichit pas non plus les natifs.

Mais à force de ressasser et de marteler ces prétextes pour justifier une immigration élevée, ces mensonges deviennent alors la Vérité Officielle que relaient trop souvent des médias, des politiciens et des experts complaisants.

MBC. Quelles devraient être les grandes orientations d’une politique d’immigration raisonnable et responsable pour le Québec, selon vous? Quels principes devraient la commander?

JH. Pour définir une politique d’immigration raisonnable et responsable pour le Québec, il faut d’abord la penser globalement. En effet, seule une vue d’ensemble sur les impacts des flux migratoires peut nous permettre de définir lucidement des paramètres efficaces pour encadrer notre politique migratoire. 

Ensuite, il faut se rappeler que les seuils d’immigration actuels de toute évidence trop élevés engendrent de multiples impacts négatifs, notamment sur les équilibres démolinguistiques, sur la vitalité du français comme langue commune, sur la répartition régionale de la population québécoise, sur la cohésion sociale et sur l’avenir politique et constitutionnel du Québec. 

Troisièmement, la société québécoise doit subordonner son hospitalité à sa capacité réelle d’adoption de nouveaux arrivants. Historiquement, la moyenne des seuils d’immigration compatible avec le maintien de la majorité historique se situait sous la barre des 30,000 immigrants par année. De toute évidence, il faut revenir à cette moyenne historique qui correspondrait alors à un taux annuel d’immigration d’environ 3 immigrants par mille habitants au lieu du taux actuel de 6 immigrants par mille habitants, un taux qui est le double de celui des États-Unis.

Quatrièmement, le Québec comme société distincte a besoin d’une politique d’immigration distincte, avec des pouvoirs spécifiques. À cet égard, le gouvernement québécois doit obtenir d’Ottawa les pouvoirs de sélection qui lui échappent présentement notamment pour la catégorie du regroupement familial.

Enfin, le gouvernement du Québec doit s’assurer que tous les immigrants qui ne connaissant pas le français, soient obligés non seulement de suivre des cours de français, mais aussi de les réussir, qu’il soient des immigrants économiques, des réfugiés ou faisant partie du regroupement familial.