/news/green
Navigation

Québec veut bannir les gaz réfrigérants hydrofluorocarbones

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement de François Legault entend légiférer pour interdire, dès 2021, la vente et l'installation d'appareils de refroidissement contenant des hydrofluorocarbones (HFC).

Cette nouvelle disposition règlementaire a été proposée, mercredi, dans la Gazette officielle du Québec.

Ces gaz fluorés, qui avaient été appelés à remplacer les chlorofluorocarbures, destructeurs pour la couche d'ozone, ont toutefois le défaut d'être d'importants gaz à effet de serre.

Ainsi, le HFC-152a, utilisé dans les dépoussiérants, a un potentiel de réchauffement global 124 fois plus important que le gaz carbonique (CO2). À l'opposé du spectre, le HFC-23, utilisé comme réfrigérant pour semi-conducteur et dans certains systèmes anti-incendie, a un potentiel de réchauffement 14 800 fois supérieur au CO2, selon les données tirées du 4e rapport d'évaluation du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC).

Avec son projet de règlement, le gouvernement Legault veut interdire, dès janvier 2021, la vente, la fabrication, l'installation et la distribution d'appareils de climatisation et de réfrigération fonctionnant avec des HFC au Québec.

Les climatiseurs résidentiels et les appareils de réfrigération dans les transports seraient d'abord exemptés, avant d'être assujettis au règlement à partir de janvier 2025.

«La réglementation proposée offre un moyen rapide, efficace et économique de réduire les émissions de gaz à effet de serre au Québec», a commenté le ministre de l'Environnement, Benoit Charrette, par communiqué.

M. Charrette demande à l'industrie de la réfrigération à s'adapter et à tourner le dos aux HFC. «Là où d'autres solutions sont disponibles sur le marché, ces dernières devraient être utilisées», a-t-il plaidé.