/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Tasse-toi, James Bond

Coup d'oeil sur cet article

C’était évident que ça allait arriver un jour ou l’autre.

Au nom du féminisme, pour refléter le mouvement #MeToo, pour dénoncer le patriarcat et le machisme, même les films du mythique James Bond doivent être revus et corrigés.

Des médias britanniques rapportent que dans le prochain film de la franchise, le matricule 007 sera attribué à une femme noire...

Bien sûr, en 2019, on ne pouvait pas laisser le personnage de James Bond tranquille. Il représente tout ce que les bien-pensants conspuent : c’est un homme (beurk), blanc (re beurk), qui boit (triple beurk), qui conduit une auto (horreur !) et qui ose séduire les femmes sans leur faire signer de contrat de consentement notarié en trois exemplaires (quel salaud !).

Alors dans le 25e film de la série, on apprend que James Bond (Daniel Craig) prendrait sa retraite et que le matricule 007 serait remis à une femme.

Voici 007 raisons pourquoi cette idée ne tient pas la route :

L’ESPIONNE VENUE DU FROID

001 – La rectitude politique ne doit pas tout effacer, tout aseptiser sur son passage. Peut-on se garder un peu d’« incorrect », un peu d’imperfection, un peu de sulfureux ?

002 – Oui, les valeurs et les attitudes de Bond sont ringardes, un peu vieillottes, un brin surannées. Mais il faut arrêter de vouloir tout réécrire selon les critères de 2019.

003 – L’autre jour, à Montréal, j’ai croisé dans la rue une naine albinos. Je vous le jure. Selon moi, elle devrait postuler pour jouer le prochain agent vodka martini.

004 – Je ne vois pas en quoi le fait de donner le rôle de 007 à une femme (qu’elle soit noire ou asiatique ou autochtone) changera quoi que ce soit dans la vie des femmes qui sont victimes de discrimination. Parfois, le féminisme 2019 mène des batailles futiles au lieu de régler de vrais dossiers pressants et concrets.

005 – Le rôle de l’agent 007 serait confié à l’actrice britannique d’origine jamaïcaine Lashana Lynch. Est-ce que c’est de l’appropriation culturelle ? Va-t-on voir un lobby de comédiennes britanniques dénoncer le fait qu’elles se font voler leur job par une Jamaïcaine ? J’ai très hâte d’entendre le lobby des femmes transgenres se plaindre qu’aucune de leurs membres n’a été auditionnée pour le rôle.

006 – Au lieu de réécrire les James Bond pour qu’ils soient politiquement corrects, pourquoi ne pas créer une autre franchise de femmes espionnes ? Luc Besson l’a fait avec son dernier film, Anna, qui présente une femme forte, espionne russe, qui exécute toutes ses missions avec un cœur de pierre, mais qui adore s’envoyer en l’air avec des hommes qu’elle jette comme de vieux Kleenex.

Le seul problème, c’est que le film de Besson est un horrible navet, bourré de clichés. Mais bon, au moins il s’est forcé pour inventer une héroïne qui botte des derrières.

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

ON NE VIT QUE DEUX FOIS

007 – Si 007 est joué par une femme, va-t-elle au moins être une grande séductrice, comme les autres agents 007 ? Si oui, comment va-t-elle s’y prendre ? Va-t-elle draguer des hommes ou des femmes ? Des cisgenres ou des transgenres ? Sera-t-elle queer ou bi ? Quelle lettre de LGBTIAQ2+ sera la sienne ? Intersexuée ou asexuée ?

Diantre, j’en ai mal à la tête. Je vais me faire un vodka martini bien tassé pour réfléchir à tout ça.