/news/green
Navigation

Une neuvième carcasse de béluga découverte dans le fleuve Saint-Laurent

Coup d'oeil sur cet article

GROSSES-ROCHES | Un autre béluga a été retrouvé sans vie au Bas-Saint-Laurent, mardi, portant ainsi à neuf le nombre de carcasses qui ont été découvertes dans le fleuve Saint-Laurent depuis le début de l'année 2019.

Le mammifère marin, qui a été découvert à la hauteur de Grosses-Roches, un peu à l'est de Matane, devait être déplacé vers la faculté de médecine de l'Université de Montréal à Saint-Hyacinthe, mercredi, afin qu'une nécropsie complète soit effectuée.

Les experts ont toutefois déjà pu déterminer que la femelle était gestante et possiblement en train de mettre bas. Toutefois, on ne peut tirer aucune conclusion sur la cause de sa mort avant que la nécropsie ait été réalisée.

Ce nouveau décès de béluga n'est toutefois pas s'en rappeler celui d'une autre femelle gestante, dont la carcasse a été découverte à Sainte-Flavie, le 5 juillet. Dans ce cas, la nécropsie avait permis de déterminer que la baleine n'avait pas été en mesure de donner naissance à son baleineau et qu'elle était morte pendant la mise à bas.

Depuis cinq ans, on trouve en moyenne entre 15 et 20 bélugas morts sur les rives du fleuve. Plusieurs menaces continuent d'affecter l'espèce, incluant les collisions avec des navires et l'empêtrement dans des engins de pêche. La dégradation de l'habitat de béluga et le déversement de contaminants et produits toxiques dans le fleuve menacent aussi ces mammifères.

Les bélugas du Saint-Laurent sont officiellement considérés comme étant en voie de disparition depuis 2016. Selon les dernières estimations disponibles, on dénombre environ 900 individus, un nombre qui aurait tendance à décliner peu à peu.

Malgré tout, Pêches et Océans Canada juge, dans son Programme de rétablissement du béluga, qu'il serait possible de rétablir l'espèce, qui comptait environ 10 000 individus au milieu du XXe siècle. La pêche au béluga, interdite depuis 1979, avait grandement contribué à décimer la population.

À ce jour, l'année 2019 s'avère difficile pour les baleines du Saint-Laurent. Outre les bélugas, les baleines noires ont aussi été décimées, avec six carcasses découvertes à ce jour. Plusieurs de ces mammifères, qui ne comptent plus que 412 individus au dernier décompte, ont été tués lors d'impact avec des navires, ce qui a mené à l'instauration de nouvelles mesures du fédéral pour tenter de les protéger.

- Avec la collaboration de Vanessa Limoges, TVA Nouvelles