/news/society
Navigation

Des campings veulent profiter de la grève

Coup d'oeil sur cet article

Des terrains de camping privés courtisent les vacanciers qui pourraient se buter à des fermetures de sites de la SÉPAQ en raison de la grève.

Après avoir indiqué qu’aucune réservation ne serait annulée, la Sépaq s’est ravisée jeudi en annonçant que 16 parcs nationaux ou établissements touristiques verront certains de leurs types d’hébergement être paralysés par la grève générale, qui pourrait commencer demain ​dès le début des vacances de la construction. 

Ce qui signifie qu’environ 350 familles devront revoir leur plan.

Un peu partout au Québec, plusieurs sites de camping affichent sur les réseaux sociaux qu’ils ont encore de la disponibilité, comme le Camping Alexis, à Saint-Alexis-des-Monts, en Mauricie. « J’ai encore de la place pour les semaines à venir », laisse savoir Éric Rondeau, propriétaire.

Même son de cloche au camping de la plage du lac Saint-Joseph, à proximité de Québec

« Quand les entrées vont cesser sur les sites de la Sépaq, peut-être que les gens viendront. Si des gens veulent annuler leur réservation, nous, on va les prendre », indique Robert Chateauvert, directeur du site.

Au camping Causapscal Chez Moose, en Gaspésie, le téléphone sonne régulièrement. Gaétanne Vallée, responsable du site, croit qu’il s’agit d’un achalandage habituel, mais il est bien possible que des gens se tournent vers eux pour sauver leurs vacances.

« Il nous reste encore de la place en semaine. Ceux qui veulent venir, on peut les accueillir », souligne-t-elle.

La Fédération des pourvoiries du Québec invite elle aussi les vacanciers qui doivent rapidement changer leurs plans à en profiter pour découvrir les pourvoiries. 

Le président de la fédération a confié au Journal avoir sondé rapidement ses membres afin de voir qui pouvait recevoir des clients à la dernière minute, et l’information devrait être publiée rapidement.

« Occasion de nous découvrir »

 « C’est déplorable de voir des familles un peu prises en otage, mais c’est une belle occasion de nous découvrir. On veut rappeler aux gens qu’on est une belle solution de rechange si leurs vacances sont bouleversées », indique Marc Plourde, précisant qu’un service de référence pour aider les gens à trouver une pourvoirie prête à les accueillir allait être organisé.

— Avec la collaboration de Pierre-Paul Biron