/finance
Navigation

Des avions en fin de vie recyclés au Québec

Coup d'oeil sur cet article

Le Québec s’est fait connaître à travers le monde comme l’un des chefs de file du domaine aéronautique, notamment dans la construction d’avions. Il pourrait maintenant faire sa marque dans leur démantèlement.

Né d’un projet pilote lancé en 2013 avec Air Transat, Aerocycle est récemment devenue la première entreprise de démantèlement d’avions au Canada à obtenir les homologations de l’AFRA (Aircraft Fleet Recycling Association) et de l’ASA (Aviation Suppliers Association).

Cette double certification offre un avantage précieux à l’entreprise contre ses concurrents, dont les plus importants sont basés aux États-Unis et en Europe.

«Pour être capable de parler avec des entreprises comme Air Canada ou les Air Transat de ce monde, ça nécessite une certaine homologation», explique le président d’Aerocycle, Ron Haber.

Ces homologations attestent qu’Aerocycle dispose des ressources pour démanteler les avions, enlever leurs composantes selon les règles de l’art et ensuite les revendre, ajoute M. Haber.

 

Photo Courtoisie Aerocycle

 

Son entreprise procède au démantèlement des avions à ses installations de Mirabel.

Où vont les avions en fin de vie?

On les voit décoller et on les voit atterrir, mais qu’arrive-t-il aux avions lorsque ceux-ci ont atteint la fin de leur durée de vie? Si beaucoup prennent le chemin d’un «cimetière» à ciel ouvert, dont le plus important se trouve dans un désert de l’Arizona, aux États-Unis, d’autres sont recyclés.

 

Photo Courtoisie Aerocycle

 

«Les entreprises, aujourd’hui, sont conscientes de l’environnement et de la valeur des pièces, note M. Haber. En travaillant avec [Aerocycle], elles sont capables de ravoir un certain montant d’argent, d’obtenir un retour sur leur investissement.»

On estime à 1200 le nombre d’avions qui seront en fin de vie d’ici 2025. Avec seulement une trentaine d’entreprises comme Aerocycle dans le monde, la compagnie québécoise est convaincue de pouvoir se tailler une place de choix parmi les gros joueurs de ce champ d’expertise ultraspécialisé.

Et pour l’anecdote, l’avion le plus récent démantelé par Aerocycle à l’aéroport de Mirabel est un luxueux Boeing 727 privé qui a notamment déjà appartenu à un certain Donald Trump.