/sports/football/alouettes
Navigation

Les Alouettes en quête d’une première depuis 2016

Les Alouettes en quête d’une première depuis 2016
TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Les Alouettes tenteront de signer une troisième victoire consécutive en recevant les Eskimos d’Edmonton, samedi, ce qui serait une première depuis 2016.

Il faut en effet remonter pratiquement trois ans en arrière pour répertorier une telle séquence. Les Moineaux avaient à l'époque vaincu successivement, entre le 22 octobre et le 5 novembre 2016, les Roughriders de la Saskatchewan, les Stampeders de Calgary et les Tiger-Cats de Hamilton pour conclure la saison.

Pour réaliser l’exploit, les Alouettes font face à un beau défi, soit une formation qui avait eu le dessus 32 à 25 contre eux, à Edmonton, lors de la première semaine d’activités. Si le quart-arrière Vernon Adams fils semble au sommet de son art, le club montréalais sera par ailleurs privé de deux excellents receveurs de passes, soit B.J. Cunningham et DeVier Posey, actuellement blessés.

«Ça va être un beau défi, certainement, mais j’aime le groupe de receveurs que nous avons, a commenté l’entraîneur-chef des Alouettes, Khari Jones, vendredi, au terme d’un entraînement léger dirigé sous une chaleur accablante. Il y a des gars prêts à prendre le relais comme Quan Bray. Eugene Lewis a aussi haussé son jeu d’un cran et on a Jake Wieneke, qui est capable d’aller chercher des touchés. On perd définitivement des gars qui sont habiles pour compléter des jeux avec B.J. et DeVier qui ne seront pas du match, mais je me sens bien avec notre groupe et on compte également sur une attaque bien balancée.»

Jones sait fort bien que le jeu au sol, avec William Stanback en tête, apporte une toute autre dimension à l’attaque des Alouettes. Le porteur de ballon a d’ailleurs totalisé 303 verges de gains par la course lors des deux récentes victoires de l’équipe, le 4 juillet à Montréal face aux Tiger-Cats et samedi dernier à Ottawa contre le Rouge et Noir.

Des Eskimos dans la chaleur

Espérant sans doute que les Eskimos soient plus sensibles à la chaleur que les Alouettes, Jones ne s’inquiète pas des conditions météorologiques prévues samedi au Stade Percival-Molson. Selon un avertissement d’Environnement Canada, les valeurs d’humidex devraient alors atteindre entre 40 et 45 degrés Celsius.

«Évidemment, les gars devront prendre des précautions et faire les choses nécessaires comme boire de l’eau, mais je ne crois pas que ce sera un facteur important», a avancé l’entraîneur-chef.

Même son de cloche auprès du joueur de ligne offensive Tony Washington.

«Je viens de la Louisiane et je vis au Texas. Je suis habitué à l’humidité, a souligné le gaillard de 6 pi et 7 po et 318 lb. C’est du football, ça se joue au soleil.»

Avant un long congé

Après ce match face aux Eskimos, les Alouettes doivent par ailleurs profiter d’une semaine de congé. Leur partie suivante aura effectivement lieu le vendredi 2 août. Un troisième gain consécutif placerait inévitablement les joueurs dans un bon état d’esprit.

«La bière est pas mal meilleure quand on est contents, a commenté le garde québécois Kristian Matte à la blague. C’est sûr que c’est toujours mieux d’aller en vacances après une victoire, mais ce n’est pas à ça qu’on pense présentement. On reste concentré sur le match qu’on a devant nous.»

- Hénoc Muamba agit à titre de porte-parole pour le 17e «Blitz contre la faim». Pour le match de samedi, les Alouettes encouragent les partisans à apporter des denrées non périssables ou à faire des dons, en argent ou par carte de crédit, pour les plus démunis.