/news/currentevents
Navigation

Un cri du cœur pour aider à les trouver

Les proches espèrent que les vacanciers repéreront l’hélicoptère du président de Savoura et de son fils

Le PDG de Savoura, Stéphane Roy, en compagnie de son fils Justin.
Photo courtoisie Le PDG de Savoura, Stéphane Roy, en compagnie de son fils Justin.

Coup d'oeil sur cet article

L’entourage du président de Savoura, disparu depuis 10 jours, lance un cri du cœur à ceux qui voudraient aider aux recherches pour trouver l’homme d’affaires.

« Comme plusieurs personnes tombent en vacances, on veut que les pêcheurs, les villégiateurs et les chasseurs gardent l’œil ouvert et soient vigilants. On s’attend à ce qu’il y ait plus de monde dans le secteur des recherches pour les vacances de la construction », a indiqué au Journal le directeur Affaires publiques des Serres Savoura, Marc-André Laurier Thibault.

Les autorités et les bénévoles en étaient hier à leur neuvième journée de recherches visant à trouver l’hélicoptère qui transportait le président des Serres Savoura, Stéphane Roy, et son fils de 14 ans. Ils sont portés disparus depuis leur voyage de retour d’une excursion de pêche dans les Laurentides, le 10 juillet. 

En plus des vacanciers, M. Laurier Thibault invite les individus ou les entreprises qui possèdent un hélicoptère à se joindre aux recherches bénévoles. 

Recherche au sol 

Il croit également que la diminution de la superficie ratissée, qui est passée de 20 000 km2 à 4000 km2 depuis la disparition, doit motiver les autorités à organiser de la recherche au sol. 

Par ailleurs, l’employé des Serres Savoura a toujours espoir de trouver les disparus vivants. 

« M. Roy est un gars de bois, qui est habitué à faire des expéditions en nature. Moi, si j’étais perdu dans le bois, j’aimerais mieux que ce soit avec lui qu’avec n’importe qui d’autre », a-t-il dit. 

Le beau-frère de Stéphane Roy, Jean-François Dalpé, a « autant d’espoir qu’à la première journée de recherches », mais reconnaît que l’épreuve qu’il vit n’est pas facile.

« Je suis plus en mode : “j’ai une job à faire, une recherche à faire”. Les sentiments, on essaie de les laisser de côté pour garder le contrôle », a-t-il confié à TVA Nouvelles. 

Il partage lui aussi l’importance d’avoir des bénévoles qui participent aux recherches, puisque « plus ça va aller, plus les ressources seront minimes ».

« Je n’aurais jamais cru avoir autant de soutien des propriétaires d’entreprises » participant aux recherches, s’est-il toutefois réjoui. 

Tours cellulaires

Les Forces armées canadiennes en sont toujours à survoler une zone d’environ 4000 km2, située dans la région du parc national du Mont-Tremblant, au nord-est de la municipalité du même nom. 

Un message texte envoyé par M. Roy et capté par deux tours cellulaires a convaincu les autorités d’explorer cette région. 

Cependant, le message texte ne serait jamais arrivé à destination, si bien qu’il n’est pas possible de connaître son contenu ni à qui il était destiné.