/news/transports
Navigation

Plus de pick-up sur nos routes: «Les consommateurs peuvent faire le choix qu’ils désirent»

Plus de pick-up sur nos routes: «Les consommateurs peuvent faire le choix qu’ils désirent»
PHOTO JEAN-FRANÇOIS DESGAGNÉS

Coup d'oeil sur cet article

Même si les camionnettes et les VUS sont plus nombreux que jamais sur nos routes, le gouvernement québécois estime que ses cibles en matière de ventes de véhicules électriques et de réduction de gaz à effet de serre sont réalistes, et même « conservatrices ».   

« Les consommateurs peuvent faire le choix qu’ils désirent », a réagi le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Jonatan Julien, à la lumière des chiffres obtenus par Le Journal, qui témoignent d’une croissance marquée des véhicules à plus forte consommation de carburant. 

Par rapport à 2011, les camionnettes sont 17 % plus nombreuses sur les routes, montrait notre analyse, vendredi. Les véhicules utilitaires sport ont pour leur part connu une augmentation de 121,5 %. Par ailleurs, on observe que les voitures sont 2,65 % moins nombreuses.

Programmes performants

Selon M. Julien, c’est parce que le pouvoir d’achat des automobilistes est plus grand.

« Avec l’économie qu’on a actuellement, avec le taux de chômage qui est hyper faible, il peut arriver effectivement qu’on observe une tendance comme celle-là », a évalué le ministre, en marge de l’annonce d’un nouveau programme pour la transition énergétique des entreprises et des municipalités.

« Mais nous, on pense que les programmes que le gouvernement a mis en place pour favoriser la transition énergétique sont performants », a-t-il poursuivi.

L’État québécois veut réduire de 40 % les émissions de gaz à effet de serre (GES) de la province d’ici 2030. Dans une dizaine d’années, il souhaite aussi que 20 % de tous les véhicules en circulation, soit un million de véhicules, soient électriques.

Réalistes

« Non seulement on considère [que ces objectifs] sont réalistes, on considère qu’ils sont conservateurs », a dit le ministre, pointant que l’adoption des moteurs électriques est « exponentielle » et que le Québec est le plus grand consommateur de véhicules électriques au Canada.

Depuis un an et demi, le nombre de voitures électriques ou hybrides en circulation aurait d’ailleurs doublé, passant à plus de 50 000 dans la province.