/finance/news
Navigation

Des appartements meublés pour attirer les travailleurs étrangers

Le directeur des ressources humaines accompagne les nouveaux arrivants de A à Z

Marc Dagenais (à droite), directeur des ressources humaines de Sixpro, a embauché le Français Joffrey Bouchet pour contrer la pénurie de main-d’œuvre. L’homme de 24 ans peint des pièces métalliques, comme ces panneaux de transformateur électrique.
Photo Caroline Lepage Marc Dagenais (à droite), directeur des ressources humaines de Sixpro, a embauché le Français Joffrey Bouchet pour contrer la pénurie de main-d’œuvre. L’homme de 24 ans peint des pièces métalliques, comme ces panneaux de transformateur électrique.

Coup d'oeil sur cet article

Une entreprise de Notre-Dame-de-Bon-Conseil prend les grands moyens pour attirer des travailleurs étrangers, en leur fournissant un logement complètement meublé, en plus d’un accompagnement personnalisé pour l’accès aux services gouvernementaux.

Comme bien des entreprises, l’usine Sixpro fait des pieds et des mains pour trouver du personnel. Mais depuis un an, la situation s’est « détériorée », affirme le directeur des ressources humaines, Marc Dagenais. Il estime avoir un manque à gagner d’au moins une trentaine d’employés dans son usine, spécialisée en peinture et revêtement de pièces de métal.

« On perd des opportunités, c’est sûr, et c’est ça qui est dramatique pour les entreprises », renchérit-il, alors qu’il songe désormais à intégrer des robots à sa chaîne de production.

Appartements meublés

Pour tenter d’améliorer son sort, il a recours à des travailleurs français depuis près d’un an. Il les accompagne dès leur arrivée. L’entreprise a même loué et meublé des appartements situés à moins de cinq kilomètres de l’usine pour faciliter l’intégration des nouveaux arrivants.

« Je vais les chercher personnellement à l’aéroport, je les amène souper le soir, puis je les dépose à leur loyer. Le lendemain, je vais à Québec pour la carte soleil, à Drummondville pour le numéro d’assurance sociale et à Victoriaville pour ouvrir un compte. Je fais ensuite l’épicerie avec eux, remplis les papiers et ensuite on commence la formation », explique M. Dagenais, qui estime allouer près de 40 heures par semaine à l’accueil des travailleurs, en plus de son travail à temps plein.

Au total, l’entreprise compte maintenant 15 employés d’origine française. « J’en veux le double, mais c’est tellement compliqué », déplore-t-il.

Pour Joffrey Bouchet, originaire de l’Essonne, au sud de Paris, et arrivé depuis le 2 juin dernier, l’accompagnement personnalisé offert par l’entreprise Sixpro a grandement motivé son choix, explique-t-il.

Après avoir largement entendu parler de la pénurie de main-d’œuvre au Québec, le jeune homme qui travaillait comme peintre industriel de nuit dans l’aéronautique, a décidé de faire le grand saut. « J’étais déjà venu au Québec il y a sept ans et ça m’était resté en tête », affirme celui qui dit apprécier « l’ouverture d’esprit » des Québécois.

Pour s’assurer de la bonne intégration de ses nouveaux employés, M. Dagenais a récemment mis sur pied des formations, lors desquelles il explique la culture française aux travailleurs québécois.

« Je le recommande à tout le monde. On pense que les cultures se ressemblent, mais c’est tellement différent », explique-t-il.

M. Dagenais élaborera aussi une formation culturelle pour les Français. « Il faut qu’ils comprennent aussi comment on est et comment on travaille », mentionne-t-il.


► Chaque samedi, Le Journal traitera des enjeux touchant la pénurie de main-d’œuvre. Comment les entreprises s’ajustent à cette nouvelle réalité. Comment les travailleurs, jeunes, immigrés et plus âgés s’y préparent.

► Si vous avez des témoignages à donner ou des solutions à proposer, veuillez écrire à diane.tremblay@quebecormedia.com