/world/usa
Navigation

Il y a 50 ans aujourd’hui, Armstrong et Aldrin marchaient sur la Lune

Il y a 50 ans aujourd’hui, Armstrong et Aldrin marchaient sur la Lune
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Aucun suspense cette fois-ci, mais des souvenirs toujours palpitants: il y a 50 ans, jour pour jour samedi, les Américains Neil Armstrong et Buzz Aldrin se posaient sur la Lune, suivis à la télévision par un demi-milliard de Terriens.   

• À lire aussi: Un petit peu du Québec sur la Lune

• À lire aussi: Le «petit pas pour un homme» a maintenant 50 ans

L’heure exacte de l’alunissage du module lunaire, aussi appelé LEM et baptisé Eagle, fut 16h17 (heure de Montréal), le 20 juillet 1969.

Il y a 50 ans aujourd’hui, Armstrong et Aldrin marchaient sur la Lune
AFP

  

Un peu plus de six heures plus tard, à 22h56 (heure de Montréal) – en pleine nuit en Europe – le commandant Armstrong posait le premier pied, le gauche, sur la Lune, et prononçait la célèbre phrase: «C’est un petit pas pour l’homme, un bond de géant pour l’humanité.»  

  

Photo d’Edwin E. Aldrin Jr. prise par Neil Armstrong.
AFP
Photo d’Edwin E. Aldrin Jr. prise par Neil Armstrong.

  

La Nasa est en surchauffe depuis des semaines pour célébrer l’anniversaire, avec quantité d’expositions et d’événements notamment dans les centres spatiaux de Floride (Kennedy) et de Houston au Texas (Johnson).   

Samedi, faute de Donald Trump, c’est le vice-président Mike Pence qui prononcera un discours depuis le centre Kennedy, d’où décollèrent Armstrong, Aldrin et Michael Collins, le troisième coéquipier qui resta en orbite de la Lune. Tous sont nés en 1930.   

Le dernier discours sur l’espace de Mike Pence, chargé par Donald Trump du dossier spatial, fit l’effet d’un électrochoc à la vieille agence: en mars, il avait subitement annoncé un raccourcissement de quatre ans du calendrier pour le retour d’astronautes sur la Lune, faisant passer la date-butoir de 2028 à 2024.   

C’est dans ce contexte tendu, alors que Donald Trump lui-même dit à haute voix qu’il préférerait aller directement sur Mars, que se déroule l’anniversaire d’Apollo 11.   

Malgré ses 88 ans, Michael Collins est le plus actif des vétérans d’Apollo, et le plus poétique lorsqu’il évoque ses souvenirs de la Lune.   

«Quand nous sommes partis et l’avons vue, oh, quelle sphère imposante», a raconté l’ancien pilote et astronaute, jeudi soir à Washington, lors d’une conférence à l’Université George-Washington.   

«Le Soleil était derrière elle, donc elle était illuminée d’un cercle doré qui rendait les cratères vraiment étranges, en raison du contraste entre le plus blanc des blancs, et le plus noir des noirs.»   

«Aussi splendide et impressionnante fût-elle, ce n’était rien par rapport à ce qu’on voyait par l’autre hublot», a-t-il poursuivi. «Là-bas, se trouvait ce petit pois de la taille d’un pouce au bout de votre bras, une magnifique petite chose nichée dans le velours noir du reste de l’univers.»  

«J’ai dit au centre de contrôle: “Houston, je vois le monde dans mon hublot.”»  

C’est le message de Michael Collins, et de tant de ceux qui se sont arrachés à l’atmosphère terrestre: la conquête de l’espace change le regard des hommes sur la Terre.   

Notre monde est «fragile», a martelé l’ancien astronaute.   

Lui, par ailleurs, l’a dit à Donald Trump vendredi, lors d’une rencontre dans le Bureau ovale: il est favorable à une mission directe vers Mars, sans retourner sur la Lune.   

  

La conquête de l’espace en dix grandes dates   

De Spoutnik à Philae, en passant par les premiers pas de l’homme sur la Lune, il y a 50 ans, voici dix grandes dates de la conquête de l’espace.   

1957: Spoutnik   

Le 4 octobre 1957, l’Union soviétique lance le premier satellite artificiel de la Terre, Spoutnik-1.   

La petite sphère d’aluminium (58 cm de diamètre et 84 kg) met 98 minutes pour faire le tour de la Terre et envoyer le premier message reçu de l’espace, un simple «bip bip».   

Le 3 novembre, Spoutnik-2 emporte dans l’espace le premier être vivant, la chienne Laïka, pour un voyage sans retour.   

1961: Gagarine en orbite   

Le 12 avril 1961, le Soviétique Iouri Gagarine, à bord de Vostok-1, est le premier homme dans l’espace. Il tourne une fois autour de la Terre lors d’un vol de 1h48.   

Vingt-trois jours plus tard, c’est au tour des Américains. Alan Shepard effectue un «saut de puce» de 15 minutes dans l’espace – et non une orbite.   

Le 16 juin 1963, la Soviétique Valentina Terechkova est la première femme cosmonaute.   

La Chine deviendra, en 2003, le troisième pays à envoyer un homme dans l’espace par ses propres moyens, le taïkonaute Yang Liwei dans son vaisseau Shenzhou V.   

1969: Armstrong sur la Lune   

Le 21 juillet 1969 (le 20 juillet, heure de Houston), l’Américain Neil Armstrong foule pour la première fois le sol lunaire, lors de la mission Apollo 11. Il est suivi sur la Lune de Buzz Aldrin, tandis que Michael Collins reste en orbite lunaire.   

Entre 1969 et 1972, douze astronautes, tous Américains, marcheront sur la Lune dans le cadre des missions Apollo.   

1971: station spatiale   

Le 19 avril 1971, les Soviétiques lancent Saliout 1, la première station spatiale orbitale.    

La construction de l’actuelle Station spatiale internationale (ISS) débute en 1998. Plus grande structure jamais réalisée par l’homme dans l’espace, elle fait chaque jour 16 fois le tour de la Terre. L’ISS, à laquelle participent 16 pays, a succédé à la station orbitale russe Mir, volontairement détruite en 2001 après 15 ans d’activité.   

1976: une sonde sur Mars   

Le 20 juillet 1976, la sonde américaine Viking-1 est le premier vaisseau à transmettre une prise de vue depuis le sol de Mars.   

Plusieurs rovers américains ont exploré la planète rouge, dont le robot à six roues Opportunity entre 2004 et 2018. Un seul est actuellement actif sur Mars: Curiosity, qui a atterri en 2012.    

Au total, une quarantaine de missions ont été lancées vers Mars par diverses nations, et plus de la moitié ont échoué.   

1981: navette spatiale   

Le 12 avril 1981, la navette américaine Columbia, premier véhicule spatial réutilisable, est mise en service.   

Cinq navettes américaines (Columbia, Challenger, Discovery, Atlantis et Endeavour) se sont succédé jusqu’à l’arrêt du programme en 2011. Depuis, les États-Unis dépendent de la Russie pour acheminer des astronautes vers l’ISS. Deux navettes ont été détruites en vol, provoquant la mort de 14 astronautes: Challenger en 1986 et Columbia en 2003.   

1990: Hubble   

Le 25 avril 1990, le premier télescope spatial est mis en orbite à 547 km de la Terre. D’une longueur de 13 mètres, Hubble a révolutionné l’astronomie et bouleversé notre vision de l’Univers, en accumulant les images du système solaire, de la Voie lactée et de galaxies très lointaines.    

2001: touriste de l’espace   

Le 28 avril 2001, Dennis Tito, un homme d’affaires américain de 60 ans, devient le premier «touriste» de l’espace. Il a payé 20 millions de dollars à la Russie pour séjourner huit jours à bord de l’ISS.    

Au total, sept candidats profiteront des vols russes vers la Station spatiale internationale jusqu’en 2009.    

2008: SpaceX   

Le 28 septembre 2008, la fusée Falcon 1, de la société américaine SpaceX, devient le premier lanceur développé par une société privée à atteindre l’orbite terrestre.   

En mai 2012, l’entreprise californienne est la première à envoyer un vaisseau cargo – sa capsule Dragon – vers l’ISS, pour le compte de la Nasa. Depuis, SpaceX a conquis le marché du lancement de satellites, avec sa fusée Falcon 9.   

2014: Philae   

Le 12 novembre 2014, l’Agence spatiale européenne (ESA) parvient à poser Philae, un petit robot, sur la comète Tchourioumov-Guérassimenko, à plus de 500 millions de kilomètres de la Terre, dernier exploit dans la longue histoire des sondes envoyées pour explorer le Soleil, les planètes et les autres objets spatiaux.    

Lancé en 1977, Voyager-1 est l’engin réalisé par l’homme le plus éloigné de nous. La sonde américaine, qui transporte un disque porteur de «salutations à l’univers» en soixante langues, est entrée en 2012 dans l’espace interstellaire.